yeKblog

Participer à un projet libre est un jeu... Et toi, à quoi tu joues ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le meilleur des mondes possibles

5162niZJvpL._SX298_BO1_204_203_200_.jpg : « Le meilleur des mondes possibles » de Ray Bradbury : nouvelles extraites du recueil Les machines à bonheur.

Cinq nouvelles d’un auteur que j’ai adoré lire, cinq nouvelles qui se lisent très rapidement mais que j’ai trouvées sans intérêt.

Patriotisme

  • <Owen chante> Allons enfants de la gâterie, le jour de gloire est arrivé !
  • <Papa> Batterie hier, gâterie aujourd’hui… PATRIE !

Seauttise

Avant la rentrée, petites révisions de conjugaison avec papa, Owen conjugue « être » au présent, il peine un peu pour trouver la bonne orthographe :

  • <Owen murmure> Nous… sommes, sommes, sommes,… ?
  • <Papa> S !
  • <Owen> S…
  • <Papa> E, A, U
  • <Owen> Ah oui c’est vrai !
  • <Papa> O !!!!!!

Il faut faire la niaison

Avant la rentrée, petites révisions de conjugaison avec papa, Owen conjugue « Aller » au présent.

  • <Papa> « Nous allons » ? Ça commence par un S « allons » ? Tu es sûr ?
  • <Owen> Ah ben non, un Z !

Le Petit Prince

58981905.gif : « Le Petit Prince » de Antoine de Saint-Exupéry : Dessine-moi une fable poétique.

J’ai lu « Le Petit Prince » trois ou quatre fois, enfin j’ai lu le premier tiers, trois ou quatre fois. Le livre était dans ma table de nuit (parmi une bonne dizaine de bouquins que je dois lire) avec un marque-page pas loin d’un allumeur de réverbère. Avant de partir en vacances, j’ai cherché un livre que je pourrais lire à mes enfants dans la tente. Je suis tombé sur celui-ci et ai alors pensé qu’il serait intéressant de le leur lire avant de les emmener voir le film.

J’ai été surpris car il se lit très facilement, rien n’explique que je me sois arrêté tant de fois avant la fin, je n’avais jamais apprivoisé de renard par exemple…

C’est un livre très poétique, je me rends bien compte que je ne comprends pas toute la philosophie qui y est développée, je comprends bien qu’il s’agit d’un boa mais je le vois bien souvent fermé, une bonne partie des allégories ne peuvent être comprises que par les personnes sachant voir les boas ouverts. Ce n’est pas grave, je le relirai à mon deuxième fils quand il sera en âge de mieux l’apprécier, j’essayerai alors d’être un peu moins une grande personne.

Seul sur Mars

91ez0TgepRL.jpg : « Seul sur Mars » de Andy Weir : Maman, j’ai raté la navette.

Comme pour Au bonheur des ogres et Je suis une légende, c’est une bande annonce de film qui m’a donné envie de lire un livre. En l’occurrence, la bande annonce du prochain film de Ridley Scott m’a donné envie de lire « Seul sur Mars ». J’ai regardé le trailer du film deux fois : une pour moi et une pour montrer à ma femme un extrait qui me semblait intéressant.

Sauf que, contrairement aux fois précédentes, Google est entré en jeu : J’ai acheté, il y a peu, un nouveau téléphone et j’ai lancé un bon nombre d’applications qui étaient pré-installées lors de ma phase de personnalisation/nettoyage. Parmi les applications : Play Livres. Je ne sais pas si c’était une coïncidence ou si Google s’est inspiré de mon surf sur Allociné mais dès le lancement de l’application, Google me propose de lire un extrait de… « Seul sur Mars ». Oui, merci Google de regarder tout ce que je fais, je vais suivre tes recommandations et retourner voir ce que devient Duck Duck Go car ton omniprésence me fait un peu peur… Je lis donc les trente premières pages sur mon téléphone. J’ai couru ensuite dans la librairie la plus proche (je ne voulais pas acheter un livre numérique très certainement avec DRM) pour acheter la version papier.

Dire que ce livre est prenant est un doux euphémisme. Ma femme a commencé à le lire, profitant d’un moment où je faisais autre chose. Nous avions tellement envie de continuer nos lectures que nous avons lu une partie du livre en simultané, la centaine de pages qui nous séparaient étaient à la verticale pendant que nous lisions allongés l’un à côté de l’autre : Impossible d’attendre que l’autre finisse ou ne fasse une pause pour continuer.

L’histoire est très bien résumée dans l’extrait vidéo du film : En gros, un astronaute est laissé pour mort sur Mars, il va devoir faire preuve d’ingéniosité pour survivre et tenter de rentrer sur Terre.

Si les éditeurs pouvaient faire des résumés de tous leurs livres sous forme de courts-métrages aussi alléchants que cet extrait de film, cela aiderait très certainement les gens à acheter plus de bouquins…

Le livre est vraiment très sympa, il se dévore. Bourré de calculs et de technique, parsemé d’humour très sympa, « Seul sur Mars » est avant tout un compte à rebours haletant. Le livre est souvent comparé à « Seul au monde », « Robinson Crusoé », pourquoi pas… Personnellement, j’ai ressenti le même plaisir que celui que j’avais éprouvé en regardant la première saison de Prison Break, pour ce qui est du suspens, mais avec un côté geek en bonus, génial !

L’abus de Dragon Ball nuit à la compréhension du français

La toile de tente vient d’être montée.

  • <Papa> Et je suppose que c’est à moi de gonfler les matelas, à la force de mes muscles saillants…
  • <Owen> Saiyan !

Manuel de typographie française élémentaire

IMG_20150712_113949.jpg « Manuel de TYPOGRAPHIE FRANÇAISE élémentaire » de Yves Perrousseaux − Huitième édition

Depuis que j’utilise un clavier Bépo, je suis beaucoup plus respectueux de la typographie française. Les apostrophes, quand vous n’avez pas la touche sur votre clavier, vous ignorez jusqu’à leur existence et vous pensez que ’ et ' sont équivalents… c’est très dommage pour la langue française. De nombreux collègues me prennent pour un fou lorsque je signale qu’il y a une faute dans un poster ou une publication lorsque, par exemple, je vois un horrible 2x9 au lieu de 2 × 9 (la lettre x n’est pas le signe de multiplication !). Je suis donc devenu, un relecteur de nos productions. Je suis pris pour un fou par certains mais d’autres me poussent même à entretenir cette folie. Julien a eu l’extrême gentillesse de me prêter son exemplaire de « Manuel de TYPOGRAPHIE FRANÇAISE élémentaire » un ouvrage particulièrement intéressant. Je pense qu’il s’agit là d’une petite bible de la typographie auquel nous devrions tous avoir accès en primaire, au collège, au lycée… Je vais rendre à contre cœur cet ouvrage à mon collègue donc je vais m’empresser d’en acquérir un exemplaire.

La première partie du livre, un historique de notre écriture, est passionnante ! Ensuite, les règles typographiques élémentaires sont ni plus ni moins qu’un ensemble de règles auxquelles il est toujours intéressant de pouvoir se référer (encore et encore) dès que l’on a un trou de mémoire sur le bon usage. Un livre que je vous recommande chaudement !

Les Montagnes hallucinées

1374.jpg : "Les Montagnes hallucinées" de Howard Phillips Lovecraft : Un terrible secret au pays des manchots.

Ce terrible secret, je vais vous l’avouer directement, c’est que l’œuvre de Lovecraft est d’un ennui mortel, n’a pas vraiment d’intérêt, est chiante à mourir. Voilà, cet avis n’engage que moi, vous savez maintenant ce que je pense des Montagnes hallucinées.

Pendant la première moitié du livre, j’ai eu l’impression de lire une description interminable. Cette sensation était qui plus est exagérée par le fait que toutes les distances et tailles sont dans une unité de mesure qui devrait être interdite par la loi (système impérial) ! Une ou deux mesures en pouces ou en miles dans un livre, ça m’agace mais je fais avec, mais Lovecraft donne les mesures de tout, en permanence, c’est une vraie torture.

L’histoire est celle d’un scientifique revenu d’une expédition en Antarctique qui a fini façon "Le huitième passager", il souhaite donc dissuader toute autre expédition. Mais avant de décrire les ignobles monstres tueurs, le scientifique décrit l’ensemble de son périple et de ce qu’il avait découvert. Il décrit l’histoire complète des êtres en question ainsi que de leur évolution,… il a appris cela en regardant leurs sculptures. Honnêtement, arrêtez de lire ou produire des manuels d’Histoire, étant donné l’immense quantité d’informations recueillies sur quelques sculptures, faites par une race extraterrestre qui plus est, la méthode des manuels est clairement inefficace ! Plusieurs fois, en lisant le texte, je me disais : « Il a appris tout ça en regardant quelques sculptures ??? »

Certains artistes, lorsqu’ils lisent Lovecraft, sont très inspirés et imaginent des entités cauchemardesques :

concept__elder_thing_by_nathanrosario-d48g6ks.jpg

Pour ma part, la juxtaposition d’éléments au fur et à mesure de la lecture (« Ah bon, ça a des tentacules en plus ? Ah, et des ailes ! Ah, et… mais bordel c’est quoi cette bestiole !! »), me donnait plus l’impression d’un fourre-tout ridicule  :

Representation_artistique_d__un_Ancien.jpeg

Bref, je pense très sincèrement que c’est la première et dernière fois que je lis un livre de Lovecraft.

Qu’est-ce qu’on vous apprend à l’école ?

  • <Owen> Papa ! Les fourmis nous embêtent ! On essaye de les tabasser mais elles veulent nous mordre.
  • <Papa> Bon déjà, vous essayez de les tabasser ? Bref… Ok on est envahi de fourmis mais bon ce sont des fourmis noires. Vous risquez pas grand chose… Les rouges piquent et ont de l’acide je sais pas trop où, dans un dard sûrement…
  • <Owen> Mais non c’est un produit qui pique quand elles mordent avec leurs mandibules !

Owen, 8 ans, apprend à son père l’anatomie des fourmis. Il m’avait déjà appris que les abeilles sont marrons et expliqué que le dessin de ruche sur le paquet de Miel Pops a plus les caractéristiques d’un nid de guêpes…

Des infos sur les "piqûres" de fourmis

Post-it: Miroir Inkscape

Dans Inkscape, il est facile de retourner un objet ou un ensemble d’objets :

  • horizontalement (Objet → Retourner horizontalement, raccourci : H)
  • verticalement (Objet → Retourner verticalement, raccourci : V)

Mais cet effet miroir s’applique à l’ensemble de la sélection et non à chaque objet indépendamment.

miroir_inkscape_opti.png

Si l’on souhaite appliquer cet effet à chaque objet séparément :

Objet → Transformer (Maj+Ctrl+M), Onglet « Dimensions » :

  • Largeur ou Hauteur = -100 %
  • Cocher la case « Appliquer à chaque objet séparément

Merci à Julien F. pour cette technique que je ne connaissais pas.

Dysfonctionnement du sens de l’observation

Je souhaite témoigner ici d’un dysfonctionnement cognitif que je rencontre et qui pourrait sembler trop farfelu pour être réaliste mais que je n’invente aucunement. Vous allez certainement croire que je suis aveugle en lisant cet article mais je n’ai ni canne blanche, ni chien. Je vois clairement, sans lunettes, ma vision est tout à fait normale. Mon père est borgne mais se prendre une flèche dans l’œil n’est pas héréditaire et il voit certainement mieux que moi (du moins d’un côté).

Je ne suis pas raciste, je ne souhaite pas particulièrement le devenir, d’ailleurs. Je ne suis pas raciste car la génétique m’a appris que la notion de races humaines est fausse. Communautariste alors ? Non plus. Je déteste l’idée de détester les gens en fonction de leurs différences ou de les placer dans des cases. À titre personnel, je déteste toutes les religions, les horoscopes, la numérologie, la voyance, le spiritisme mais si vous êtes croyants et lisez votre horoscope autour d’un pentagramme, c’est votre conviction, cela ne me regarde pas. Si vous m’en parlez je ne serai pas forcément tendre avec vos croyances mais là n’est pas le problème.

Il y a une raison plus originale qui explique que je ne suis pas raciste. Je ne peux pas l’être. Même si je le souhaitais, je ne pourrais pas l’être. Je ne distingue pas les origines des gens. Oh bien sûr, je sais que Dieudonné est noir, merci. Mais le nombre de personnes pour lesquelles je ne me suis rendu compte de rien pendant longtemps est assez surprenant. Et ce n’est pas forcément une question d’apparence.

La première fois que mon père a vu Mélanie, qui deviendra ma femme quelques années plus tard, il m’a posé une question à laquelle je n’ai pas su répondre : « Elle est originaire d’où ? ». J’ai répondu ce que je savais « Trégueux (Côte d’Armor) ». Cela a eu pour effet de le faire sourire et il m’a signalé que son gros nez et ses cheveux frisés indiquaient des origines venant de contrées plus au sud. Je n’ai pas su répondre. Pourtant j’avais déjà vu plusieurs fois celui qui est aujourd’hui mon beau-père. Il vient de Madagascar, il bronze en effet beaucoup plus vite que moi, en fait il est black… Bon, admettons.

Mon meilleur ami s’appelle Sélim. Depuis le CE1 je sais qu’il est à moitié arabe. Son père, Chérif est d’origine algérienne, on me l’a expliqué quand j’étais tout gosse et j’avais bien compris. Il y a quelques temps, Sélim et moi discutions de livres que nous avons lus. À un moment, il liste le coran. Je lui demande de m’expliquer pourquoi et comment ce livre a bien pu atterrir dans ses mains. Il m’explique qu’enfant, il s’ennuyait chez ses grand-parents et qu’il avait donc lu ce livre, principalement pour tuer l’ennui. Sélim constate alors dans mes yeux une incompréhension, je n’imaginais pas du tout ses grands parents musulmans. « Ma grand-mère porte le voile tu sais ? ». « Quoi !!?? ». C’est une révélation pour moi, depuis tout petit, lorsque mon pote me dit qu’il va à Melin voir ses grands parents, dans mon imagination j’ai toujours vu ses grand-parents sur le modèle des miens. Alors certes ce n’est pas parce qu’ils sont algériens qu’ils sont musulmans mais tout de même…

Quand j’étais gamin j’adorais deux séries à l’heure de la sortie de classe : Le prince de Bel Air et Sauvé par le gong. Ces deux séries me faisaient vraiment beaucoup rire. Y a-t-il une différence notable entre les deux séries qui devrait me sauter aux yeux ? L’une a mieux vieillie que l’autre ? Autre chose ? Croyez-moi ou non mais je m’identifiais autant à Will Smith et l’ensemble du casting du Prince de Bel Air qu’à n’importe quelle autre série plus pâle. Encore aujourd’hui, il arrive très régulièrement que j’oublie que Will Smith est noir. Vous allez me dire que ça se voit, que c’est évident et que je suis complètement idiot si je ne le vois pas. Je suis d’accord avec vous mais je n’y peux rien, pour moi, c’est quelque chose de difficile à discerner si je n’y réfléchi pas. Cela ne me le fait pas toujours et pour tout le monde : MC Solar est noir, Jay-Z est noir, Rihanna et Beyoncé je dois réfléchir, Martin Luther King et Mandela sont noirs, même si je le sais plus par rapport à l’Histoire que leur apparence, le chanteur Khaled est d’origine nord africaine, cela me semble évident, Eddy Murphy, Soria Bonaly et Gaël Monfils sont black évident également, par contre Jo-Wilfried Tsonga je ne m’en suis rendu compte qu’hier en le voyant sur le cours, dans les pubs Kinder je n’avais pas remarqué… Allez comprendre… je ne vois aucune logique !

D’ailleurs il ne s’agit pas uniquement d’origines puisque, comme je le disais plus haut, mon père est borgne, il porte une prothèse, un œil de verre. Il m’a expliqué à mes 7 ans comment il a perdu son œil au même âge. Je n’avais jamais remarqué que l’œil de mon père était fixe. À quatre ans et demi, ma petite sœur se moquait de mon père en l’imitant, une main sur son œil.

Comme je l’expliquais, il ne s’agit pas seulement d’apparence. Un jour, dans un article pour Linux Pratique, j’ai interviewé Tarek Ziadé pour ses contributions à Python. Lorsque je lui ai demandé une photo pour illustrer l’article, j’ai été surpris car je ne m’attendais pas à ce qu’il ne soit pas typé caucasien…

Comme j’ai fini par comprendre que j’avais ce problème de distinction, j’en avais parlé à mon entourage. Ma sœur est certainement la personne que cela fait le plus rire, de ce fait, quand je constate une amélioration ou un fait amusant je la contacte directement. Il y a 4 ou 5 ans, ma femme regardait les Enfoirés à la télévision. Je zieute de temps en temps. Je n’aime pas tellement l’émission car je préfère Mistral Gagnant par le duo Vanessa Paradis − Maxime Le Forestier qu’une chorale qui chante Les jolies colonies de vacances emmenée par Gérard Jugnot… je digresse. Un ou deux jours après visionnage, j’envoie un SMS à ma sœur, très fier de moi, j’ai réussi à remarquer quelque chose pendant l’émission : « Shy’m ! elle n’est pas vraiment blanche en fait ! J’ai remarqué ! ». Ma sœur me répond avec un ironique « Et Yannick Noah ? ». Oui évidemment, je sais qu’il est noir, fous-toi bien de ma tronche frangine… puis elle m’envoie un message qui me surprend « Et Chimène Badi ? ». Je prends mon combiné, je l’appelle : « Quoi, Chimène Badi ? ». Je lui explique alors comment j’ai su pour Shy’m :
« − Elle était à côté d’une fille bien blanche dans les Enfoirés, du coup le contraste à fait que j’ai remarqué !
− Qui c’était ?
− Chimène Badi.
− La fille bien blanche, c’était Chimène Badi ? »
Il aura fallu que j’entende le rire de ma sœur plusieurs secondes et son insistance « Chimène Badi comme référence blanche, rien ne te choque t’es sûr ? » pour que je finisse par comprendre que Chimène Badi n’est pas un patronyme particulièrement franchouillard.

Lorsque j’ai vu Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban au cinéma, j’ai raconté à ma femme que lorsque je lisais le livre j’imaginais Sirius Black, le parrain de Harry, avec la tête de Tony Todd. « Rien ne dis qu’il est noir dans le livre, Black c’est juste son nom » me disais alors ma femme. Certes mais rien ne disais forcément qu’il était blanc non plus ! Et puis, quand je repense à Tony Todd (l’acteur qui joue Candyman dans le film éponyme), je ne l’imagine pas vraiment très noir. Oui, en rédigeant cet article j’ai revu des photos et en effet, il est black…

Là où ça se complique, c’est pour les métisses. La femme de mon beau-frère (frère de ma femme, vous suivez ?) est métisse, je le sais, on me l’a décrite comme étant "une jolie métisse" avant même que je ne la vois. Un jour, nous discutions de sa famille et elle m’apprend alors que son père est gitan « Ah c’est de là que tu es métisse alors ? » ai-je sorti, très heureux de comprendre enfin d’où lui venait sa peau plus colorée que la mienne.
« − Euh, et ma mère est marocaine…
− Ah bon ???
− Mais, tu la connais ma mère !
− Oui, bien sûr.
− Et tu n’as jamais remarqué qu’elle est marocaine !?
− Euh, ben… non. »
C’est alors que j’ai compris que mon filleul, son fils, est un délicieux quatre-quart : breton, malgache, gitan et marocain. J’adore le quatre-quart.

Dans la famille de ma femme, il y a également des cousins qui ont pour nom de famille Soun ou Kheder, ma femme m’a expliqué à chaque fois que ceux-ci ont des pères d’origines nord africaines. « Ah oui !? » Non vraiment je suis désespérément imperméable à toute information pouvant m’indiquer l’origine des célébrités comme des proches. Qu’ils s’appellent Karim ou Mehdi ne m’aide aucunement.

Je suis incapable de distinguer des différences qui sont flagrantes pour la plupart d’entre vous, vous imaginez bien que par conséquent je suis incapable de savoir qui est d’origine juive. Steven Spielberg, Jean-Jacques Goldman, Nathalie Portman, sont juifs, je l’ai appris dans des articles de presse, je suis complètement incapable de le deviner par moi-même ! De même pour les pieds noirs…

Le dernier exemple en date : Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation, j’ai compris qu’elle a des origines étrangères en lisant http://vidberg.blog.lemonde.fr/2015/06/04/rien-narrete-la-rumeur/. Jamais je n’aurais critiqué sa politique par rapport à autre chose que son action, jamais je ne comprendrais ceux qui le font. D’ailleurs, il aura fallu l’affaire du journal Minute et le tapage médiatique qui en a découlé pour que je remarque que Christiane Taubira n’est pas blanche !

J’ai des difficultés d’intégration à cause de ce dysfonctionnement : je ne peux pas me comporter comme un bon français moyen, comme un beauf normal. Déjà que je n’aime pas le foot et que je ne bois pas d’alcool… Imaginez donc mon calvaire dans les soirées trop arrosées, quand certaines discussions commencent par « Je ne suis pas raciste mais… ». Je ne sais pas quelle partie de mon cerveau dysfonctionne mais si on pouvait l’inhiber chez nos hommes politiques ou dans les stades de foot, je pense que la société se porterait bien mieux. Bon pour les stades de foot, la société ne se porterait pas plus mal si on les fermaient tout simplement…

Vu tous les textes absurdes que l’on peut lire sur la toile, vous ne croirez pas celui-ci, je le comprends mais je m’en contre fiche.

Notez qu’à mon sens le plus gros avantage d’internet est que tout le monde peut s’y exprimer, son plus gros problème c’est que tout le monde le fait. Ici j’ai l’avantage d’avoir une audience quasi nulle et aucun bouton pour partager sur les réseaux sociaux, mon but n’est pas de vous convaincre ou d’avoir des followers, mon but est juste de lister, pour mémoire, les fois où j’ai ri de mon propre handicap en constatant que non vraiment, même si je le sais, je continue à ne rien remarquer.

Pragmatisme

  • <Yaël> Si on meurt on est triste.
  • <Papa> Si je meurs tu serais triste ?
  • <Yaël> Oui
  • <Papa> Pourquoi ?
  • <Yaël> Je ne pourrais pas attraper le pad de la Wii U.

Accessoirement, il me précisera ensuite que mes câlins et mes bisous lui manqueraient également… Note : Yaël est en cours de désintoxication de Wii depuis plusieurs jours, le traitement n’est pas terminé apparemment.

Grammalecte − Lettre ouverte Académie Française

Voici le message que je viens d’envoyer à l’Académie Française.

Bonjour

N’est-ce pas le rôle de l’académie française de soutenir une initiative comme http://fr.ulule.com/grammalecte/ (plus d’informations et une interview de l’auteur : http://framablog.org/2015/05/13/plus-erreurs-de-grammaire-ni-typographie-avec-grammalecte/)

Un tel logiciel libre devrait à mon sens être promu par l’académie française ou même être développé par elle. Mais le plus efficace étant sûrement de soutenir les compétences là où elles sont, l’académie ne devrait-elle pas participer au financement de cette campagne ? À défaut d’employer cette personne…

Qu’en pensez-vous ?

Grammalecte est un projet qui doit être soutenu ! Avoir à disposition un logiciel libre et gratuit pour corriger et apprendre la grammaire française est indispensable. À défaut de proposer une grammaire plus logique qu’historique !

Sur le tatami…

Juste avant le cours de judo de son frère, Yaël court sur le tatami…

  • <Papa> Comment fais-tu une chute avant, Yaël ?
  • <Yaël pose un index sur sa bouche> Chhhuut

Mon téléphone est machiste ?

Lors de la saisie d’un texte sur mon smartphone, Swistkey propose des mots en fonction du contexte. Parfois les propositions sont… inattendues.

Screenshot_2015-05-06-08-32-20.png

À cause des travaux !

La planète des singes

9782266138604FS.gif : "La planète des singes" de Pierre Boulle : Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend la relativité générale

Je me suis surpris, au début du roman, à me demander si un mot était un choix de l’auteur ou du traducteur (des personnages parlent « français » par exemple), tellement j’ai l’habitude de lire des romans de science fiction traduits de l’anglais. Pour une fois que l’auteur et les protagonistes sont français, ne boudons pas notre plaisir.

L’histoire globale est assez connue. Il y a eu de très nombreuses adaptations ciné depuis la sortie du livre en 1963, même si aucune d’entre elle ne reprend complètement le récit original, le principe reste le même : des humains se retrouvent sur une planète où les singes sont l’espèce dominante et les hommes des animaux.

Ce qui m’a amener à lire ce roman est assez peu commun. J’ai vu la version de Tim Burton en 2001, je ne l’ai pas détestée mais je ne l’ai pas tellement aimée non plus, surtout sur le coup. La fin m’avait laissé particulièrement perplexe et l’ensemble du film était assez plat à mon sens, surtout pour un fan de « Batman le défi », « Beetlejuice » et « L’étrange Noël de Mister Jack ». Pourtant avec le recul, je comprends mieux toute la virulence du message. Il y a peu j’ai vu « La Planète des singes : Les Origines » que j’ai oublié très vite, le film est sympa mais sans âme, comme beaucoup de productions hollywoodiennes, trop formatée peut-être, tout est tellement convenu, l’impression que toute réflexion est pré-mâchée… Dans un coin de ma tête, je continuais à être hanté (oui vraiment, je crois que c’est le bon mot, hanté !) par la fin du film de Burton.

Afficher « Spoil film de burton »Masquer « Spoil film de burton »

À la fin de ce film, le héros retourne sur Terre et se retrouve face à une civilisation exactement similaire à la notre mais où les singes remplacent les humains. Certains commentaires sur internet expliqunt que Burton montre ainsi que le protagoniste principal à changé de regard sur le genre humain suite à ses aventures et qu’il ne fait alors que constater que sur Terre (non plus dans le film mais dans le monde réel), les humains ont des comportements qui pourraient être qualifié de primates. Une façon de critiquer l’animalité de l’homme, en somme…

Un jour, j’entends sur France Cu, une personne expliquant que la fin de Burton est celle qui se rapproche le plus du livre. Je pense alors que la solution pour mieux comprendre cet univers et pour me débarrasser de cette obsession qui me revient en tête régulièrement, est peut-être de passer par le livre. J’avais peur d’avoir trop les images d’un des films en tête pendant ma lecture mais finalement, non. Tant mieux car c’est très pénible comme sensation, ça vous le fait vous aussi ? Chaque film s’inscrit et critique sa propre époque (le film de 67 le nucléaire ; celui de Burton, les armes à feu ; Les Origines, bah euh c’est un chouette divertissement, bon j’exagère mais vous avez compris l’idée), le livre critique également à tout va la société humaine. Tout le monde en prend pour son grade et c’est finalement le livre qui m’a le plus touché. Non pas parce que je travaille dans un milieu scientifique et que les scientifiques en prennent pour leur grade (et pas seulement ceux qui pratiquent des expériences sur des singes, ce qui est assez évident) mais tout ceux qui ont des comportements dogmatiques, entre autre d’ailleurs. En fait,…

Afficher « Spoil Livre »Masquer « Spoil Livre »

la raison pour laquelle les singes dominent la planète Soror est révélée assez tardivement dans le livre mais c’est une très belle critique de notre société, j’ai particulièrement apprécié cette idée, cette façon d’amener cette réflexion. La domination de la société par une espèce imitatrice suite à la résignation de l’humain et sa paresse intellectuelle. Quel message pourrait mieux donner envie de poser sa télécommande, ouvrir un livre ou un cahier ?

Certes les films apportent chacun leur propre regard mais je me sens moins touché par le message de Tim Burton (celui qui m’a le plus touché pourtant), peut-être parce que son message était peut-être plus adressé aux américains, que par le message du livre de Pierre Boulle, le regard qu’il nous apporte ici, me semble plus universel.

J’ai commencé ce livre dans le but de mieux comprendre un univers, j’en ai finalement grandement apprécié la lecture.

La fée carabine

1193481796.jpg : "La fée carabine" de Daniel Pennac : Pennac est une drogue !

Après avoir lu Au bonheur des ogres, il était assez logique de continuer la saga Malaussène… J’aime vraiment le style de Daniel Pennac, il est certainement l’auteur dont j’apprécie le plus l’écriture, avec Terry Pratchett.

Comme dans le précédent volume de la saga, il est question ici d’une enquête policière dont les différentes pièces s’assemblent au fil des pages de façon originale. Une histoire avec des vieux, des meurtres, une disparition, de la drogue, tout est là et tout s’assemble parfaitement. La famille Malaussène est toujours aussi spéciale, leurs aventures rocambolesques. La veuve Ho et l’inspecteur qui "l’héberge" ont une relation particulière qui m’a énormément plu, la façon dont cela est décrit est un véritable délice.

Le sang ok, les morts ok, par contre…

  • <Papa> Ça ne te fait pas trop peur « Les chevaliers du Zodiaque » ?
  • <Owen> Bah non
  • <Papa> Pourquoi tu te bouchais les oreilles pendant que Shina disait à Seiya qu’elle est amoureuse de lui ?
  • <Owen> Nan mais là c’était vraiment trop dégueu !

Juste une honte...

Au collège public de Liffré, mais ce n'est pas le seul, les élèves seront enfermés dans le noir pendant l'éclipse de vendredi car l'administration n'a pas prévu d'acheter ou de faire de sorte que les élèves se procurent des lunettes de protection. Alors bien sûr, on pourrait mettre en place des observations via sténopé ou lunette+écran mais il est plus simple d'enfermer et fermer les volets... J'ai juste honte de mon pays dans un moment comme celui-ci.

Amusant : les éclipses sont au programme de cinquième, il y en a une vendredi mais vous la regarderez dans votre livre !

Dans la même ville, mon fils en CE1 observera l'éclipse, comme quoi ce n'est pas un problème de localisation.

C'est pas grave, il y en aura une comparable en 2026 !

- page 1 de 22