yeKblog

Participer à un projet libre est un jeu... Et toi, à quoi tu joues ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Littérature

Mes lectures

Fil des billets - Fil des commentaires

Pour en finir avec Dieu

41YTHspVpzL._SX299_BO1_204_203_200_.jpg : « Pour en finir avec Dieu » de Richard Dawkins : J’ai trouvé ma bible

Quand je lis les trames principales des 3 ou 4 derniers « Notes » de Boulet, j’ai la sensation de lire ce que mon esprit tentait de mettre au propre… Il est appréciable de constater qu’on est pas le seul à faire certaines observations (et assez agaçant, j’en conviens, de constater que l’auteur le fait de façon bien mieux construite et qu’il l’illustre avec des dessins travaillés et un humour à vous taper le cul par terre…). Quand je lis « Pour en finir avec Dieu » j’ai la même sensation à ceci prêt que la réflexion est bien plus aboutie, détaillée, documentée que tout ce que j’aurais pu imaginé.

Le titre accrocheur de la traduction française empêche très certainement de prêter son exemplaire à un ami croyant alors qu’il n’est à mon avis pas pertinent de le considérer comme un simple livre contre la religion. Il est, à mon sens, pour la réflexion et contre l’obscurantisme. Il permet certes d’ouvrir les yeux sur certains aspects négatifs des religions, mais c’est également un ouvrage sur le comportement humain, le sens moral (citant Kant, Hauser…), l’anarchisme (citant Pinker), les évolutions de mœurs, le Zeitgest moral, le racisme, le machisme,… Le chapitre sur la maltraitance de l'enfant est juste démentiel et particulièrement stupéfiant.

Le texte est truffé de références, il est relativement copieux mais pas du tout indigeste, il se termine sur une magnifique métaphore de la burqa qui est une ode passionnante à la science et la recherche de connaissance. C’est un livre à lire, à relire, à dévorer.

J’ai eu envie de lire ce livre suite au visionnage de la conférence TED de Richard Dawkins. Il s’agit d’une très bonne introduction au livre, je vous la conseille vivement :

Prenez le temps d’e-penser − Tome 2

1540-1.jpg : « Prenez le temps d’e-penser − Tome 2 » de Bruce Benamran : Remplit la tête sans la prendre

Ce tome 2 est clairement la continuité du premier tome, le lire directement est faisable si vous avez des connaissances en physique mais je pense qu’il est plus intéressant de considérer l’ensemble comme un livre unique. Les sujets abordés vont du big bang à la mécanique quantique avec moult détails et digressions qui rendent le récit très vivant. J’ai trouvé la deuxième moitié de ce second tome, un poil plus complexe que le reste (il arrive qu’il faille relire quelques passages deux fois), pas à cause d’explications obscures mais bon, la mécanique quantique c’est un poil plus velu que la recette des crêpes…

Lorsque je lis e-penser, je vocalise avec la voix et les intonations de l’auteur, je considère donc le livre comme une discussion ou disons plutôt qu’il me donne l’impression d’écouter un monologue d’un pote éclairé. Hier, Bruce Benamran était à Rennes pour une rencontre et séance de dédicaces, j’ai pu lui poser quelques questions… en bafouillant comme une groupie impressionnée alors qu’il est très abordable, sympathique, éloquent (parfois mon cerveau est une garce).

Je travaille dans un Institut de Physique, j’assiste régulièrement à des conférences scientifiques,… ce livre m’a permis de reconsolider certaines bases et de mieux appréhender certaines notions. Des lycéens trouveront dans ce livre une très bonne introduction à leurs cours de physique.

Si vous ne connaissez pas Bruce Benamran, regardez une vidéo de sa page Youtube e-penser, puis une deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous soyez devenu suffisamment éclairé pour avoir envie de les regarder toutes sans suivre cette directive.

Ubik

Ubik.jpg : "Ubik" de Philip K. Dick : Mc Fly dans la matrice sous amphétamine

Lire un livre de science-fiction 50 ans après son écriture peut être particulièrement déroutant… Les premières dizaines de pages sont relativement étranges à lire, en particulier parce que Philip K. Dick y intègre énormément d’objets futuristes qui semblent aujourd’hui très rétro. Petite liste non exhaustive, dans les 30 premières pages nous trouvons : aspirateur avec batterie à hélium, vid-phone, table en néo-teck, homéojournal, robot encaisseur de loyer, répondeur homéostatique, conapt (pour appartement), un téléphone miniaturisé... Ajoutez à cela certaines remarques qui peuvent faire penser à un sexisme années 60 et quelques objets qu’il semble absurde de citer dans un livre de science fiction (tabac à priser par exemple), vous comprenez vite que l’auteur et vous n’êtes pas exactement de la même génération. Dans Dracula, j’avais trouvé amusant de voir le Brandi régulièrement cité comme remède, 70 ans plus tard ce sont les amphétamines qui tiennent le même rôle dans Ubik. Pour ceux qui l’ignoreraient, l’auteur en consomme très régulièrement, à cette époque elle n’était d’ailleurs pas classée comme stupéfiant. Pour en finir avec les réflexions sur les différences générationnelles, on notera que l’auteur dénonce le racisme ordinaire des années 30-40.

Philip K Dick est un très très bon écrivain et une fois le décor posé, il vous plonge dans son univers, vous oubliez complètement le décalage temporel entre son écriture et votre lecture, pour vous plonger dans son récit. Vous ne comprenez pas où il vous emmène, vous comprenez juste que vous voulez le suivre, vous immerger dans son roman, comprendre et analyser ce qui arrive à Joe Chip, le protagoniste principal du roman, piégé dans une régression temporelle suite à une explosion lors d’une mission visant à neutraliser précogs et télépathes.

J’avais vraiment adoré Substance Mort et Minority Report, cela fait donc un nouveau roman de Philip K Dick que j’apprécie pleinement.

Dans le futur décrit dans le roman, toutes les machines, mêmes personnelles (de la cafetière à la porte d’entrée), nécessitent une pièce de monnaie pour fonctionner. Ceci amène parfois à des situations grotesques très amusantes. Joe étant toujours à court de monnaie, tentant de négocier avec sa porte d’entrée me semble être à la fois très drôle et critique de notre société de consommation.

Détail anecdotique qui m’a amusé, je pense que c’est la première fois que je trouve dans une même page des références à Platon et à Winnie l'ourson.

Écoutez nos défaites

CVT_Ecoutez-nos-defaites_3325.jpg : "Écoutez nos défaites" de Laurent Gaudé : Au cœur de la bataille

Comme dans Eldorado et Le soleil des Scorta, Lauront Gaudé fait s’entrecroiser les récits, son histoire au cœur de l’Histoire. Si un livre comme Écoutez nos défaites est utilisé en complément d’un manuel scolaire, je pense que l’apprentissage de l’Histoire pourrait être très attrayant. Certes, c’est fictif, ne relate pas les événements tels qu’ils se sont déroulés mais un tel roman ajoute de l’humain, de l’empathie, là où l’encyclopédie est froide et détachée. Après lecture, j’ai envie de me plonger dans des livres d’Histoire pour en apprendre plus sur Grant, Hannibal, Hailé Sélassié, j’ai envie de les découvrir.

J’aimerais vraiment comprendre les techniques qu’utilise Laurent Gaudé pour rendre ses personnages si touchants, pour les rendre si vrais, c’est la troisième fois que je suis bluffé par cette caractéristique de ses livres (et j’en ai lu trois).

J’aurais peut-être aimé que l’histoire de Assem Graïeb (le "héros") et Mariam (son "amour") soit plus longue, croiser un peu plus Job (le "méchant"), que la narration soit plus développée, sans forcément en faire un roman d’amour, d’espionnage ou d’action, sans forcément rendre le roman caricatural (comme le font mes parenthèses ici) mais me faire vivre une aventure avec ces personnages. J’ai l’impression d’avoir eu en main un jeu de figurine avec les plus beaux personnages du monde mais de ne pas avoir eu le temps de jouer.

Éloge du polythéisme

22510100165830L.jpg : "Éloge du polythéisme" de Maurizio Bettini : Ce que peuvent nous apprendre les religions antiques

J’ai fait un an de catéchisme lorsque j’étais enfant, à ma demande. Mais cela ne correspondait pas à mes attentes puisque sans le comprendre à l’époque, j’avais une démarche scientifique : Je croyais que le catéchisme consistait à chercher dans des textes anciens et des fouilles archéologiques les preuves de l’existence de Dieu. Contrairement à ce que je pensais, il s’agissait d’un axiome. Mes camarades m’expliquaient qu’il fallait continuer car des cadeaux sont offerts pour la communion donc il ne me restait plus qu’un an à faire. Aujourd’hui, encore je reste surpris par l’attitude d’enfants censés apprendre la religion catholique et ses principes, qui restent seulement par appât du gain.

Je suis athée. J’ai, de manière générale, une démarche de sceptique. À mon sens, une vidéo comme « Comment Tester le Paranormal avec la Science ? » d’« Hygiène Mentale » est une source d’inspiration.

Je tente d’être tolérant envers les croyances d’autrui mais j’ai souvent du mal a rester curieux tant les arguments me semblent parfois aberrants ou mal construits, quel que soit le domaine : l’astrologie, la voyance, les extraterrestres, le vaudou, la télépathie, les chemtrails, la téléportation (non quantique), les voyages dans le temps, les fantômes ou la religion. J’ai un réel besoin d’arguments pas d’un stupide « La science n’explique pas tout ». Je découvre, après rédaction de cet article, au moment d’ajouter les liens, l’épisode L’ouverture d'esprit et ses limites qui résume très bien ce que je pense :

Mais la religion est certainement plus complexe à analyser et discuter car il ne s’agit pas seulement de croyance, elle est liée à une façon de se comporter, à une vie en communauté, même à des habitudes alimentaires ou sexuelles, après deux millénaires la religion influence également la vie des non-croyants car elle est imbriquée dans la sphère publique. Quant à la sphère privée des croyants, elle est tellement imprégnée qu’il est quasi impossible d’argumenter sur le bien fondé ou non ne serait-ce que d’un élément de cette croyance.

Il me semble parfois aberrant que certaines images/métaphores soient prises au premier degré mais ceux qui font ce genre d’erreurs sont peut enclines à en discuter. Parfois toutefois j’aimerais opposer certains arguments aux plus fanatiques des monothéistes. Par exemple, lorsque des témoins de Jéhovah frappe à ma porte, je la referme rapidement mais parfois j’aimerais leur dire que je ne crois pas en leur dieu unique mais en Rê, Zeus ou les matrones, que ces dieux ne me paraissent pas moins stupides que le leur, qu’il s’agit dans les deux cas de mythologie, pas de faits. Qu’il n’y a pas de raison de croire plus en l’un de ses systèmes de penser que l’autre. Que l’on souhaite vivre selon les principes chrétiens (ou autre) je peux le comprendre, confondre symboles et faits me semble par contre très étrange.

Suis-je vraiment le public visé par Maurizio Bettini, je l’ignore, toujours est-il que j’ai été réceptif à son message. Quand on m’a proposé de lire l’« Éloge du polythéisme », je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre mais je pensais qu’elle m’apporterait au moins des connaissances sur le polythéisme. J’ai été agréablement surpris dès les premières pages, l’argumentation est construite, bourrée de références. Le livre ressemble beaucoup à une démarche scientifique, si ce n’est que l’auteur ne s’appuie pas sur des formules ou des expériences mais sur d’autres textes. La clarté de la structure rend le contenu beaucoup plus simple à assimiler.

J’ai l’impression d’avoir appris beaucoup sur les religions polythéistes mais également sur les religions monothéistes, certaines explications de sémantique sont éclairantes (en particulier le mot « polythéisme » lui-même)… C’est un livre qui appelle à une plus grande ouverture, une vraie ouverture. Même si aucune solution n’est vraiment apportée par le texte du moins pas à court terme et sans réelle volonté des instances religieuses, il explique bien en détail ce que la construction même des religions monothéistes implique en terme de tolérance, ce qui serait bon de prendre des religions antiques pour aider au vivre ensemble. C’est un texte que j’ai trouvé très intéressant. Le chapitre « conférer la citoyenneté aux Dieux » est un éloge au civisme et à la citoyenneté, très inspirant.

En somme, on « apprend à connaître » les divinités d’autrui au fil du temps. Une fois que l’on est conscient de leur existence […] il est possible de procéder à leur intégration parmi ses dieux à soi. Il s’agit toutefois d’un processus qui implique de l’intérêt, de la curiosité pour les autres dieux, ainsi qu’une volonté de « savoir ». En pays monothéiste, au contraire − hormis l’attitude des esprits ouverts et éclairés −, non seulement les autres dieux ne soulèvent ni curiosité, ni désir de savoir, mais au contraire, ils suscitent généralement un sentiment d’indifférence ou de supériorité, quand ils ne sont pas condamnés. […] ma femme, qui est chinoise, a pu expérimenter, pendant un demi-siècle, comment ses convictions religieuses étaient attaquées ou même dévalorisées par des missionnaires chrétiens, des politiciens américains, voire des occidentaux lambda… et elle était consciente du fait que cette situation durait déjà depuis cinq siècles.

Petite digression : Certains passages à propos des statuettes représentants les dieux antiques, dans des panthéons ouverts aux dieux des autres, m’ont vraiment fait penser à l’influence des mangas et comics de nos jours. Chaque culture apporte sa pierre à l’édifice et chacun est libre de choisir ou non d’être diverti par les histoires des autres cultures.

Si je devais apporter un bémol toutefois, je regrette une chose dans la construction : une impression de répétition. Plusieurs chapitres amènent à des conclusions, plutôt qu’en faire un résumé en fin de texte, l’auteur choisi de les répéter à chaque nouvel ajout : « Donc A. Nous avons vu que A mais nous constatons également B. Nous avons vu que A et B, nous pouvons aussi C. Certes A, B et C mais… ». La répétition aide à mémoriser certes, c’est aussi relativement pénible. J’aurais préféré une conclusion plus fournie en fin de texte que cette solution. Surtout cela donne l’impression que le chapitre « Crépuscule de l’écriture » est moins développé puisqu’il ne sera aucunement repris. La conclusion de ce chapitre est intéressante mais l’argumentation semble de ce fait moins appuyée que le reste.

L’édition « Les belles lettres » est très correcte. À 14 € pour un format poche, une édition se doit de l’être.

Les Annales du Disque-Monde : Au guet !

 : "Au guet !" de Terry Pratchett : 22, v’la le dragon

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu un Terry Pratchet, cela me manquait. C’est toujours agréable de se balader à Ankh Morpork.

Un très rapide résumé : Quand on joue avec le feu on se brûle, alors quand on joue à invoquer des dragons… Carotte un grand bonhomme qui se prend pour un nain rejoint le guet. Un dragon c’est chaud. Quand on tente de faire appliquer la loi à Ankh Morpork rien n’est simple. Un déménagement de bibliothèque implique certainement l’émission d’ondes gravitationnelles à cause du poids des mots…

Petites citations :

La connaissance, c’est le pouvoir… Le pouvoir, c’est l’énergie… L’énergie, c’est la matière… La matière, c’est la masse. Et la masse déforme l’espace. Elle le déforme en un espace B polyfractal.

Les derniers rats de l’assurance du frère Tourduguet fuirent le navire en perdition de son courage.

Quand on en a vraiment besoin, dit-il, les chances sur un million se produisent tout l’temps. C’est bien connu.

Sinon l’existence ressemblerait à un horrible martyre et le seul espoir serait qu’il n’existe pas de vie après la mort.

Prenez le temps d’e-penser − Tome 1

15112107520416575613768048.jpg : « Prenez le temps d’e-penser − Tome 1 » de Bruce Benamran : Tout tout tout vous saurez tout sur la science

Bruce Benamran, pour ceux qui sont prêts du radiateur, c’est le génialissime vulgarisateur de e-penser. Si vous n’avez jamais vu ses vidéos, vous allez tout en bas de la page Youtube, vous regardez la première, puis la deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous soyez devenu suffisamment éclairé pour avoir envie de regarder les suivantes sans suivre cette directive. Il a sorti, il y a quelques temps, un livre reprenant un peu le principe de sa chaîne.

Dire que ce bouquin est bourré de digressions serait clairement minimiser les faits. Tome 1 (appelons-le ainsi pour simplifier) est un ensemble de digressions qui une fois rangées dans votre caboche, vous offre un aperçu de l’évolution/l’histoire/les principes des sciences (en particulier la physique et l’astronomie) intéressant et sympathique. Le ton est familier, on est entre nous, on a l’impression d’avoir une discussion avec un pote scientifique touche à tout et passionné.

Certains passages reprennent des sujets déjà développés dans ses vidéos mais ce n'est pas vraiment dérangeant : je crois que j’ai lu 4 fois le chapitre sur Guillaume Joseph Hyacinthe Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière (à voix haute pour en faire profiter des proches) alors que j’avais déjà vu la vidéo correspondante (au moins 2 fois)…

Lire Tome 1, c’est un peu comme regarder un épisode de Cosmos: A Spacetime Odyssey de plusieurs heures avec quelques coupures pub (l’auteur à un gimmick, certains pourront trouver cela pénible mais la répétition c’est justement le principe… il y a aussi régulièrement des incitations à se référer au tome 2 à venir). Le plan global n’est pas toujours très clair mais la simplicité de ton et le fait de resituer le contexte historique et humain des découvertes me laisse de Tome 1 une impression agréable. Le style littéraire "discussion entre amis" pas désagréable contraste avec la typographie travaillée forte de ligatures, pas désagréable non plus. Un livre de vulgarisation scientifique, demandant parfois un peu de concentration (tout de même) qui remplit la tête sans la prendre.

Le dragon de glace

51H900hDn4L._SX195_.jpg : « Le dragon de glace » de George R. R. Martin : S’il vous plaît… dessine-moi un dragon

Si George R. R. Martin est aujourd’hui particulièrement célèbre, c’est certainement pour Game Of Thrones. Je regarde la série − j’aimerais lire les livres mais les premiers tomes ne sont disponibles que traduits réécrits par Jean Sola − mais George R. R. Martin a également écrit beaucoup d’autres textes, en particulier des nouvelles de fantasy et de science fiction. « Dragon de Glace » est l’une de ses nouvelles. Un texte pouvant être lu dès 8 ou 9 ans narrant l’histoire d’une petite fille qui, en période de guerre, rencontre un dragon… La nouvelle décrit, entre autres choses, certaines conséquences des guerres rarement abordées ainsi dans la littérature pour enfant,…

Mon fils passe son temps à lire et relire DB, Naruto, Ranma ½, Fairy Tail, Fly, One punch man, etc (le moi-de-1990 est envieux… avoir accès à autant de mangas à la maison, quelle chance il a ce gosse !). J’ai voulu lui montrer qu’il existe des histoires intéressantes dans d’autre formats. Quand mon pote m’a demandé une idée de cadeau pour les 9 ans de mon fils, j’ai sauté sur l’occasion, Dragon de glace est un cadeau idéal : l’édition est somptueuse, les dessins sont magnifiques avec des dragons majestueux, le texte n’est pas trop long, le style littéraire relativement simple, le papier, la police, les interlignes, tout est parfait… pour un premier contact avec la Fantasy c’était idéal. Ça n’a pas raté, mon fils est conquit.

C’est accessible pour un enfant mais ce n’est pas inintéressant pour un adulte, j’ai donc profité du cadeau à mon tour avec grand plaisir.

La métamorphose

Metamorphosis.jpg : « La métamorphose » de Franz Kafka : La petite bête qui monte, qui monte... et me trotte dans la tête.

J’ai lu cette nouvelle il y a six mois. Six mois, c’est le temps qu’il m’a fallu pour déterminer si j’ai aimé « La Métamorphose ». Elle se lit vite et simplement, l’histoire vous trotte dans la tête un moment. Sur le coup je n’ai pas particulièrement aimé, c’est en y repensant ensuite que j’ai trouvé le texte puissant. J’ai un peu la même réaction avec ce texte qu’avec le film THX 1138 (je déteste sur le coup et j’aime par la suite) : il me faut parfois du temps pour digérer.

Gregor se réveille un matin sous une apparence monstrueuse (métamorphose rapide et non décrite), la nouvelle suit sa réaction et celle de ses proches, les changements de comportement de chacun (en quelque sorte une métamorphose lente). Je ne sais pas à quelle métamorphose Kafka pensait en choisissant ce titre, toujours est-il que la deuxième est particulièrement bien écrite et cette description de l’humanité fait froid dans le dos et semble hélas parfaitement réaliste…

C’est le deuxième texte de Kafka que je lis (le procès il y a quelques temps), j’ai été bien plus déconcerté par ce texte court. Vous pouvez trouver le texte gratuitement sur ebooks libres et gratuits (je ne sais pas par qui la traduction est faite), si vous souhaitez vous faire votre propre opinion.

Petite histoire de l'univers : Du Big Bang à la fin du monde

81k2eU_deyL.jpg : « Petite histoire de l'univers » de Stephen Hawking : Du Big Bang à la fin du monde

Encore une fois, c’est un film qui me fait lire… J’ai vu, il y a quelques semaines, The Theory of Everything : ce n’est pas un film particulièrement époustouflant mais le jeu d’acteur est dément et les décors et costumes immersifs. C’est un film émouvant sur la vie de Hawking, s’attardant très peu sur la science, c’est un choix que certains peuvent regretter, pour ma part, je pense que le film a surtout le mérite de redonner un peu d’empathie pour un chercheur hors norme, déshumanisé par sa condition physique, souvent présenté par les médias, plus comme un cyborg qu’un humain.

Dans la pile de bouquins qui s’entassent sur ma table de nuit, trône « Petite histoire de l'univers » depuis quelques années déjà. Il y a peu de Science dans le film de James Marsh, c’est donc une parfaite invitation à la lecture des ouvrages de Hawking…

Le style littéraire est très loin de la poésie de Hubert Reeves, très certainement conditionné par la paralysie de l’auteur et l’outil qui est donc à sa disposition pour écrire, c’est très direct. La narration suit le fil historique des découvertes scientifiques et de ses travaux en particulier, les explications sont claires même si j’admets que j’ai été plus ou moins largué pendant une vingtaine de pages (sur 180). Dans le dernier quart du livre, le mot « Dieu » apparaît beaucoup, vraiment  beaucoup… toujours ramener ainsi à la religion me semblait assez peu utile. J’ai l’impression d’avoir compris de nouvelles choses sur les trous noirs et l’univers, j’ai dévoré et aimé les 80 premières pages, puis j’ai lu le reste, le livre me laisse finalement un sentiment mitigé.

L’attentat

lattentat.jpg : « L’attentat » de Yasmina Khadra : Descente aux enfers

Un médecin à Tel Aviv qui soigne les victimes d’un attentat avant d’apprendre que la kamikaze était sa femme. Avec un pitch pareil, vous savez que vous n’allez pas lire un livre qui est fait pour vous faire rire et rêver… Et en effet, ce n’est pas le but !

Si d’un point de vue littéraire L’attentat n’est pas particulièrement époustouflant, il est immersif, fait réfléchir sur le conflit israélo-palestinien autant que sur la connaissance de l’autre et de soi…

Une descente aux enfers et introspection qui se lit très bien, qui laisse difficilement indifférent.

La Horde du Contrevent

La_Horde_du_Contrevent.jpg : « La Horde du Contrevent » de Alain Damasio : Une cosmogonie complète basée sur le vif.

Tout au début, je me posais pas mal de questions, trouvais absurde la quête même de la Horde (une vingtaine de personnes qui marchent, depuis l’enfance et l’extrême aval, vent dans la gueule, pour tenter de voir ce qu’il y a en extrême amont…), ne comprenais pas très bien le premier chrone croisé… Et pourtant, les pièces du puzzle trouvent chacune leur place et l’ensemble devient très vite parfaitement clair, fluide, limpide et… génial. L’ensemble de l’univers imaginé par l’auteur tiens la route, mieux, plusieurs de ses personnages émettent différentes hypothèses sur l’origine du vent (j’ai adoré « vent dû au déplacement d’un vaisseau ») et toutes ces cosmogonies ainsi créées sont viables.

Les cinquante premières pages m’ont semblées complexes à lire puis je me suis sûrement fait aux styles littéraires (oui, au pluriel) : les narrateurs sont vraiment très nombreux et chacun à son propre style !

La Horde du contre Vent est un livre particulièrement travaillé (7 ans de boulot apparemment !) Les personnages sont très développés, le monde complet est détaillé (sans pour autant en faire des caisses à la Tolkien), l’action est époustouflante ! Je suppose que ça a été un travail titanesque mais un véritable plaisir d’écrire une telle œuvre. L’un des passages les plus bluffants, d’un point de vue littéraire, est très certainement la joute verbale en trois manches du personnage Caracole dans la tour d’Ær ! Un véritable délice (dialogue palindromique, une page avec quasiment que des o pour voyelles,…) Je ne sais pas si Alain Damasio a voulu montrer ici qu’il est un auteur exceptionnel ou prendre son pied à écrire un truc aussi dingue (façon Perec), toujours est-il que si c’est l’un ou l’autre, c’est réussi.

À la lecture de ce roman, j’ai pensé que Alain Damasio est un très bon auteur. J’ai ensuite pensé qu’il est également un bon orateur et penseur lorsque je suis tombé sur cette vidéo :

Merci Julien de m’avoir fait lire un auteur aussi génial.

Poussières d’étoiles

poussieres_p.jpg : « Poussières d’étoiles » de Hubert Reeves : Du silence éternel des espaces infinis à l’homme, l’histoire d’un agglomérat de poussières d’étoiles.

Après avoir passé plus de quinze ans dans la section « Livres à lire » de ma bibliothèque, il était vraiment temps d’ouvrir « Poussières d’étoiles ». Je suppose qu’adolescent je n’aurais pas tellement apprécié la lecture de cet excellent ouvrage, j’aurais certainement estimé le contenu trop complexe et capitulé. Aujourd’hui, avec un peu plus de connaissances, de patience et un soupçon de maturité supplémentaire, j’ai l’impression d’être tombé sur le Graal de la vulgarisation astronomique et bien plus encore. Après plusieurs conférences et après avoir regardé à multiples reprises chaque épisode de Cosmos: A Spacetime Odyssey, je replonge avec plaisir, cette fois dans une version littéraire et tout aussi passionnante, dans notre histoire et notre compréhension de l’univers.

J’ai parsemé le livre d’Hubert Reeves de morceaux de marque-page, chaque fois qu’un passage me semblait plus passionnant que le reste, j’en ai même laissé plus que lors de mes lectures de Terry Pratchett. Je n’en ai pas mis dans le chapitre « Une intention de la Nature ? » car l’ultime chapitre de « Poussières d’étoiles » m’a semblé entièrement remarquable.

Pendant ma lecture, des interrogations venaient parfois me titiller l’esprit. Deux fois, j’ai pensé que ce dont il était question amenait des points qui auraient mérités d’être abordés. Les deux fois, il s’agissait du titre du chapitre suivant. Hubert Reeves vous prend par la main et vous fait voyager dans sa narration, il vous ballade dans sa poésie scientifique. C’est un Big Boss.

J’estime avoir été pendant longtemps une personne trop intolérante envers les croyances mystiques, religieuses,… tentant de convaincre mes interlocuteurs de l’absurdité de leurs positions dogmatiques. Depuis quelques temps, j’ai compris l’inefficacité de cette posture et son manque cruel d’intérêt. J’ai compris surtout que cela faisait de moi un imbécile. Fort de ce constat, j’ai depuis peu quelques temps (on aimerait toujours avoir été moins con depuis plus longtemps…), je tente d’être beaucoup plus tolérant envers des discours que je considère a priori comme irrationnels (mais ne me parlez pas trop longtemps d’astrologie, j’ai parfois du mal à me contenir). Il m’aura fallu des années pour ne serait-ce que comprendre l’intérêt de cette tolérance, les textes d’Hubert Reeves "respirent" celle-ci. Hubert Reeves n’est pas seulement un vulgarisateur de génie ou un astrophysicien génial… c’est un Big Boss vous dis-je.


Hubert Reeves / Sciences et religions par zindabad7

Note : Il y a plus de quinze ans, un pervers narcissique, alcoolique, raciste, menteur, manipulateur, voyeur, m’expliquait que pour certaines personnes, certaines races de gens, il regrettait que les chambres à gaz n’existent plus. Cette personne est très certainement celle que je détestais le plus parmi l’ensemble de mes connaissances, la considérant comme un digne représentant de la lie de l’humanité, estimant que sa non existence n’aurait pu qu’être bénéfique à tout point de vue. Pour m’impressionner en étalant sa grande culture, il a un jour sorti un livre de sa bibliothèque et me l’a donné (vu l’état du livre je pense qu’il n’avait jamais été ouvert mais là n’est pas le propos). Cette personne m’aura permis de lire « Poussières d’étoiles », il semble que l’on peut finalement trouver du positif dans chaque chose…. Je ne pensais jamais dire cela un jour, merci Jean-Paul B.

PS : J’ai lu ce livre d’Hubert Reeves (qui ne peut pas être décrit uniquement comme un livre d’astro, soyons bien clair sur ce point), j’ai assisté à la pièce de théâtre l’Exoconférence à Nantes (revu dans mon salon dernièrement), assisté à la conférence « Origine des lunes dans les systèmes planétaires » de Sébastien CHARNOZ :

regardé Cosmos: A Spacetime Odyssey (comme je le disais ci-dessus), regardé « Voyage vers le Big Bang » de Christophe Galfard :

assisté à la conférence « SPHERE: chasseur de planètes extrasolaires » de Jean-Luc Beuzit et à « Modélisation et caractérisation des atmosphères d’exoplanètes » de Franck Selsis,… toutes ses contributions sont d’une grande richesse, chacune participe à ma compréhension du monde, c’est particulièrement enrichissant. Si vous ne souhaitez pas devenir un Jean-Paul, profitez des nombreux ponts qui sont disponibles entre connaissances et grand public (l’astrophysique n’est qu’un exemple).

Le soleil des Scorta

9782290349106fs.gif : « Le soleil des Scorta » de Laurent Gaudé : Un livre qui rend plus humain

J’ai lu Eldorado en 2011, il m’avait bouleversé. Je viens de finir « Le soleil des Scorta », je me suis pris encore une énorme claque.

Pour moi, Laurent Gaudé est vraiment un génie de l’empathie.

Un livre qui n’est pas bourré d’action mais qui n’ennuie jamais, un livre qui n’est pas un page-turner rempli de suspens mais que l’on ne peut toutefois pas lâcher car bourré d’humanité, de sentiments, de moments de vie. Un livre qui rend plus humain, moins imbécile, plus tolérant, il apporte un autre regard sur le monde, un regard qui donne l’impression d’ouvrir l’esprit, de mieux comprendre.

L’histoire des Scorta s’étale sur plus d’un siècle, se lit en un clin d’œil et bouleverse à jamais.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert

140531livre.jpg : « La vérité sur l'affaire Harry Quebert » de Joël Dicker : Un puzzle addictif

Dans mon imaginaire, ma mère ne lit que des Guy des Cars et des Danielle Steel. Apparemment je me trompais puisque qu’elle m’invite à lire un livre de Joël Dicker. Que d’appréhension lorsqu’elle m’a proposé de lire un pavé de 850 pages ! 850 pages ! Surtout que la dernière fois qu’un de mes parents m’a conseillé un livre, c’était mon père qui insistait pour que je lise Ben-Hur (livre que j’avais trouvé sans intérêt). Mais rassuré par la couverture indiquant les prix littéraires reçus par le roman, je m’engouffre dans l’affaire Harry Quebert sans trop de difficultés.

Premier constat, c’est très simple à lire : le style littéraire est particulièrement simple, les 850 pages seront plus simples à analyser que 50 pages d’un Ray Bradbury ou un Philip K. Dick. Je ne le vois donc plus comme un pavé, c’est déjà un bon point.

Deuxième constat, je ne vais pas pouvoir refermer ce livre avant la fin, l’histoire est particulièrement prenante. D’un point de vue littéraire, rien à signaler certes, mais la grande force de Joël Dicker avec ce roman, est d’avoir mis en place une narration captivante, un pur régal.

Note : Assez peu d’humour dans le roman, toutefois : la mère du narrateur est caricaturale à souhait, ses dialogues sont particulièrement amusants.

Je ne connais pas Philip Roth, l’auteur qui a apparemment inspiré Joël Dicker, je suppose que si j’avais eu la référence j’aurai mieux compris certains aspects du livre, tant pis je me suis contenter d’en apprécier la lecture.

Contes de Grimm

x-default : « Contes » de Grimm : Il était une fois…

L’initiative des frères Grimm est louable, il semble qu’ils aient choisi de retranscrire le plus fidèlement possible, les contes oraux de leur époque. Le souci avec une telle initiative, c’est que l’on obtient une archive et non une suite de nouvelles. Quelle différence ? Et bien, en lisant ces contes sélectionnés par Marthe Robert, j’ai eu une impression permanente de répétition. Une fois que vous avez lu trois ou quatre contes de Grimm, vous avez l’impression de tous les avoir lus car la construction est presque systématiquement la même. Cette sensation est de surcroît amplifiée par la structure, elle-même horriblement répétitive !

Un exemple caricatural pour être clair, voici l’histoire (que j'invente) des « 158 chevaliers » : Il était une fois, 158 chevaliers qui souhaitaient délivrer la princesse du donjon où son horrible marâtre l’avait enfermée. Le donjon était situé au cœur d’une forêt maléfique. Le premier chevalier entra dans la forêt, la sorcière le repéra et le tua. Le deuxième chevalier entra dans la forêt, la sorcière le repéra et le tua. Le troisième…

Une fois que vous avez enfin lu le passage où le 158ème chevalier sauve la princesse et l’épouse, vous commencez à lire le texte suivant, « Les 18 frères » ou « La fontaine aux 8000 têtards ».

On prend tout de même du plaisir en lisant quelques contes mais c’est assez peu récréatif… Sauf bien sûr les contes « Blancheneige », « Cendrillon », « Le vaillant petit tailleur », « La Belle au Bois Dormant »,… car il est intéressant de lire la version originale d’un conte que l’on a connu enfant et de chercher les similitudes/différences avec les versions de Disney. J’aurais cru que Mickey avait exagéré le manichéisme des personnages mais il n’en est rien. Je note surtout qu’il a lié le caractère des personnages à leur physique (hélas) et énormément édulcoré les supplices subis, in fine, par ceux qui ont eu un mauvais comportement. En effet, je ne me rappelle pas avoir vu un dessin animé où l’horrible belle-mère finie enfermée dans un tonneau d’huile bouillante parsemé de clou et dévalant une colline en flamme après avoir été éborgnée et éviscérée (j’exagère à peine).

J’ai tenté de lire certains contes à mes enfants, je ne vous cache pas que « j’ai rien compris » est venu très vite. Il faut dire que pour des enfants de 4 et 8 ans abreuvés de Pokémons, Avengers, Kaeloo,… il y a plus captivant que « Il était une fois, un roi qui perdit son épouse en couche de sa cinquième fille. Après plusieurs années de désolation, il épousa une nouvelle femme qui était belle mais noire de cœur. La première fille épousa le fils d’un pêcheur qui était en fait le neveu de sa marâtre. La deuxième fille aimait ébarber les plumes et trier les lentilles, elle y mettait tout son cœur et s’y consacrait jour et nuit jusqu’à ce qu’une vieille dame qui passait par là, lui propose d’arrêter son ouvrage pour devenir gaveuse d’oie. La troisième fille tomba sous le charme d’un enchanteur qui avait eu lui-même une fille du même âge mais qu’il avait transformé en dé à coudre, après avoir, un cycle de lune durant, joué au beer pong… »

L’abus de contes de Grimm est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Cosmopolis

61nUtAKTqVL.jpg : « Cosmopolis » de Don DeLillo : Un jour j’irai à New York avec toi. Toutes les nuits déconner…

J’ai commencé Cosmopolis il y a un an et demi et j’en ai lu laborieusement deux tiers très très lentement sur quelques semaines ou mois, je ne sais plus. Impossible de me faire au style littéraire, aux dialogues cash/trash/étranges. Impossible de vraiment entrer dans la narration.

Il y a quelques jours, j’ai décidé d’en finir (avec le livre) mais je ne pouvais me résoudre à reprendre là où j’étais rendu, je me souvenais de ce que j’avais précédemment lu mais je me souvenais surtout que j’avais complètement survoler le livre en terme de compréhension. J’ai pris une décision que je ne pensais jamais prendre, j’ai recommencé le roman depuis le début, chose que je déteste en temps normal. En temps normal, certes, mais Cosmopolis n’est pas normal. Il est dérangeant, il questionne sur le comportement humain, l’excès de pouvoir, l’excès d’argent,…

Nous suivons un golden boy décidé à traverser New York pour aller se faire couper les cheveux, malgré de grosses menaces sur sa vie, des embouteillages monstres, en somme, des emmerdes en perspectives à la pelle… Et au fur et à mesure de ses arrêts, de ses rencontres,… sa vie évolue grandement.

Je n’avais pas du tout aimé ma première lecture inachevée, mais il fallait que je recommence, que j’y retourne. Cosmopolis m’intriguait, m’attirait. J’ai fini ma lecture, je ne suis pas un grand fan de ce roman, certaines situations me semblaient parfois partir un peu dans tous les sens… pourtant j’aime certaines idées suggérées, à peine développées mais bien présentes. Je reste très surpris par le sentiment que je ressent à propos de ce texte. Un peu comme la fascination que j’ai ressenti en regardant « Ex Machina », un film qui m’a plu mais surtout qui me laissait complètement scotché. Pour Cosmopolis, la sensation est légèrement différente mais je reste tout de même intrigué par ce livre OVNI.

Folio m’avait déçu avec une préface dévoilant la fin de La guerre des mondes et avec un message abruti sur la couverture de Substance Mort. Flammarion est également adepte de la préface spoil pour Peter Pan. Cette fois c’est « J’ai lu » qui souhaite démontrer qu’il est loin d’être aussi respectueux des œuvres que la reine Zabo ou Zones sensibles dont j’ai acheté deux exemplaires de leur magnifique édition de Flatland. Que peut-on reprocher à « J’ai lu » pour Cosmopolis ? Un quatrième de couverture contenant des informations sur la fin du livre… que c’est con, mais que c’est con ! Cette fois, c’est sous la forme d’un extrait de critique :

Afficher « Cliquez si vous souhaitez lire la critique même si elle contient un spoil »Masquer « Cliquez si vous souhaitez lire la critique même si elle contient un spoil »

« Profondément subversif, brillant et captivant (…), Cosmopolis est un voyage initiatique dans New York qui s’achève par la mort annoncée et rédemptrice d’un homme et d’un système. » L’Express

Parfois, j’ai l’impression que certains éditeurs haïssent leurs lecteurs… Je ne vois pas d’autre explication.

Note : Ce n’est pas la première fois que je remarque cela dans un livre, l’auteur (ou la traductrice ?) comme beaucoup d’autres donc, pense que l’année-lumière est une unité de temps, c’est gênant (c’est une unité de distance évidemment). Ce n’est pas aussi con que démontrer que 1+1=3 en développant une équation contenant une division par zéro mais tout de même, c’est dommage…

#Smartarded [NoéNautes Livre I]

smartarded1_premCouv.png : « #Smartarded » de Pouhiou : Un livre gratuit qui peut s’acheter.

Enguerrand est un ingêneur, un consultant en connardise, un mec qui est payé pour concevoir les ouvertures faciles qui s’ouvrent pas, les ralentisseurs qui sont très chiants à prendre ou tout autre système qui pourrit la vie de tous les jours. Suite à un accident, il développe un pouvoir de suggestion très développé, il peut modifier la mémoire et ce que ressentent les gens dans la noétie, la sphère des idées. S’en suivent alors des bastons entre personnes qui, comme lui, sont NoéNautes…

Pouhiou met dans ce livre, plus de références que Tarantino dans ses films, c’est pas peu dire ! C’est amusant et en tant que geek j’apprécie de constater que j’ai approximativement toutes les références, ça change de Vian. Par contre, la façon dont le roman s’est construit (le format original était une page publiée par jour sur un blog pendant quelques mois) implique une lecture assez désagréable sous forme de livre (ebook en l’occurrence). Ainsi, le roman devient assez indigeste, l’impression de répétition est assez constante et même envahissante, légitime ou non pour la narration, trop c’est trop.

Le style littéraire est simple, un peu trop peut-être. J’ai aimé certaines idées, ne serait-ce que les ingêneurs, j’ai à peu près adhéré à l’idée de la noétie également, par contre les maisons qui s’affrontent et quelques autres trucs ne m’ont pas du tout convaincu. C’est surtout l’overdose de rebondissements genre "ah ah, vous ne l’aviez pas vu venir, tout était prévu dans mon plan depuis le début" qui a fini par me lasser… Dans l’ensemble, je ne suis pas convaincu, mais j’en suis déçu…

La petite marchande de prose

la-petite-marchande-de-prose-303.jpg : « La petite marchande de prose » de Daniel Pennac : Monsieur Pennac je vous aime !

J’aime son style d’écriture, j’aime sa façon de me balader dans ses intrigues, j’aime ses personnages… j’aime Daniel Pennac ! C’est poétique, c’est intrigant, c’est bourré de suspens, de fausses pistes, de dénouements inattendus… c’est le troisième livre de Pennac que je lis. J’ai dévoré « La petite marchande de prose », une fois commencé, impossible de m’arrêter !

Benjamin Malaussène se retrouve encore une fois au cœur d’un gros tas d’emmerdes et on ne peut plus au centre d’une enquête de police. Tous les personnages que Pennac a développé dans les précédents volumes de la saga sont là et il est très agréable de les retrouver. Pendant une bonne partie du livre, je me disais régulièrement (en parlant de l’auteur pas d’un personnage) : « Il n’a pas pu lui faire ça ? Il ne peut pas lui faire faire ça ! Comment il va le sortir de là ? Comment il va la sortir de là ?» du coup impossible d’arrêter tant que je ne comprenais pas. Et finalement tout s’imbrique tellement bien, tout semble logique (dans l’univers Malaussène en tout cas).

Imaginez un joli mécanisme parfaitement huilé digne d’une montre suisse (début du roman), vous ajoutez un grain de sable (le mariage de Clara, jusqu’ici pas de surprise, je vous suis Monsieur Pennac), puis deux, puis trois (George R. R. Martin qu’est-ce que vous faites dans à ce roman ?), puis vous déversez l’intégralité de la plage de votre choix dans votre mécanisme (moitié du roman, Monsieur Pennac, je ne vois pas comment vous allez vous en sortir…). Petit à petit, secouez le mécanisme pour que tous les grains disparaissent et vous retrouverez le système initial en parfait état. Profitez du sable pour édifier une statue en l’honneur de Julie et son extrême beauté (toujours aussi belle et volontaire, j’aime Julie…).

Au début du roman, mon inculture m’a obligé à chercher des informations sur deux personnes : Alexander Sutherland Neill et Henri Désiré Landru.

Le meilleur des mondes possibles

5162niZJvpL._SX298_BO1_204_203_200_.jpg : « Le meilleur des mondes possibles » de Ray Bradbury : nouvelles extraites du recueil Les machines à bonheur.

Cinq nouvelles d’un auteur que j’ai adoré lire, cinq nouvelles qui se lisent très rapidement mais que j’ai trouvées sans intérêt.

- page 2 de 5 -