yeKblog

Participer à un projet libre est un jeu... Et toi, à quoi tu joues ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Textext dans Inkscape 0.91

Cet article date un peu… des instructions plus récentes sont disponible ici : Installer-Textext-sous-Debian

Intégrer des formules LaTeX directement dans Inkscape est quasi indispensable pour les scientifiques utilisateurs de ce logiciel de dessin vectoriel. Il est possible de le faire directement via la menu Extensions → Rendu → LaTeX…. Si cette entrée n’est pas disponible, c’est qu’il manque une dépendance, mais tant qu’à installer celle-ci, profitez-en pour installer Textext, l’extension LaTeX plus complète qui permet de ré-éditer les équations.

Si vous téléchargez Textext directement depuis le site officiel alors que vous utilisez Windows le script ne se lancera pas. Il est nécessaire d’utiliser une version modifiée de Textext. J’ai trouvé cette version modifiée sur le net, j’en mets une copie ici car beaucoup des liens que j’ai trouvé ont tendance à renvoyer vers des 404… [sources : 1 2 3].

Windows

logo_windows.png

Choisissez les fichiers d’installation 32 ou 64 bits en fonction de votre système. Si vous ne savez pas lequel il vous faut : Clic droit sur l’icône Ordinateur (sur le Bureau ou dans le Menu Windows) → Propriétés, l’information est affichée dans Système : Type du système.

  1. Installer Miktex, Ghostscript, Ghostview, ImageMagick
  2. Installer pstoedit en personnalisant l’installation :
    1. Installation dans le dossier de Gostgum : C:\Program Files\Ghostgum\pstoedit
    2. Cocher : « .h and .lib files for using the pstoedit.dll in other programs » et « plugins SVG, MIF, EMF, CGM format (shareware) »
  3. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans : C:\Program Files\Inkscape\share\extensions
  4. Extraire site-packages.zip dans : C:\Program Files\Inkscape\python\Lib\site-packages
  5. Clic droit Ordinateur (sur le Bureau ou dans le Menu Windows) : Propriétés → Paramètres système avancés → Variables d'environnement… Dans Variables système → Path, ajouter :

;C:\Program Files\gs\gs9.15\lib;C:\Program Files\gs\gs9.15\bin;C:\Program Files\ghostgum\pstoedit

MacOS

logo_mac.png

  1. Installer pstoedit via Macports ou Fink
  2. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans le dossier : /Applications/Inkscape.app/Contents/Resources/extensions

GNU/Linux

logo_linux.png

  1. Installer les dépendances : texlive pstoedit pdf2svg
  2. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans le dossier : ~/.config/inkscape/extensions/ ou dans /usr/share/inkscape/extensions si vous souhaitez installer l’extension pour tous les utilisateurs.

Taper des caractères grecs facilement

Lorsqu’on écrit des textes scientifiques, il est régulièrement nécessaire de taper des caractères grecs. L’insertion de tels caractères via les menus « Insertion → Caractères spéciaux » ou autres « Texte → Glyphes… » est souvent laborieuse, taper directement le caractère unicode est une véritable horreur (à moins de vous appeler Kim Peek) et tout le monde n’utilise pas un clavier bépo (ce qui est une erreur d’après moi mais, soit…).

La plupart des gens utilisent la police Symbol, ce qui est assez problématique car :

  • il ne s’agit pas d’une police installée sur tous les systèmes, si vous interagissez avec des collègues utilisant différents systèmes d’exploitation vous vous exposez à d’éventuels problèmes
  • vous ne pouvez pas copier/coller votre texte d’une application à une autre (si vous collez votre texte dans un éditeur de texte, le caractère grec sera perdu
  • le caractère grec n’utilisera pas le même style que le reste de votre texte, il sera donc mal intégré (avec/sans serif, casse fixe/variable,…)
  • etc.

Comment faire donc pour insérer facilement des λ, ω, Ω, π, et autres αβγ dans vos textes ? Cela dépend de votre système d’exploitation et de votre clavier :

caracteres_grecs.svg

Fichiers : .XCompose, kbdhepfr.exe

Sources : 1 : Écrire en caractères grecs, 2 : Installation du clavier Grec unicode (.doc), 3 : Lettre grecque sous Linux

Post-it : Activer temporairement la composition html dans Thunderbird

Je rédige une fois l’an des courriels en html. C’est donc plutôt rare mais chaque fois je suis particulièrement agacé : activer/désactiver l’html est particulièrement fastidieux dans Thunderbird (Édition → Paramètres des comptes → Rédaction et adressage → Rédiger les messages en html). J’ai cherché une extension pour passer d’un mode à l’autre en un clic… je n’ai rien trouvé. Pourtant, il existe une solution très simple, encore faut-il la connaître…

Pour rédiger un mail en html alors que vous êtes configuré en mode de rédaction texte (ou l’inverse) : Maintenir Maj enfoncé en cliquant sur « Écrire », « Répondre » ou « Transférer ».

Le genre d’astuce très pratique qu’il faut noter dans un coin si on ne veut pas l’oublier !

[source]

Mes scripts… mes règles de structure

Dans le navigateur de fichier Nautilus, j’ai très vite apprécié la possibilité d’écrire des scripts qui simplifient souvent les tâches courantes (tourner des images, renommer en fonction des données exif, convertir,…). Ces scripts sont accessibles dans le menu qui apparaît lors d’un clic droit sur un fichier, cette possibilité devient très vite indispensable. J’utilisais pas mal cette possibilité il y a quelques années et dernièrement j’ai remis le nez dans ces fameux nautilus-scripts.

J’ai re-téléchargé un ou deux packs de scripts car les miens avaient disparus suite à une mauvaise manipulation ou je ne sais quelle maladresse combinée à une sauvegarde défaillante. J’ai montré cette fonctionnalité à un de mes collègues. Il a trouvé cela génial. Mais étrangement les scripts que j’avais mis de côté ne fonctionnaient pas sur sa machine. J’ai pensé qu’il n’avait pas installé les dépendances (ce qui était en effet le cas) mais un problème peut en cacher un autre : les scripts en question utilisaient la variable $NAUTILUS_SCRIPT_SELECTED_FILE_PATHS or il utilise Nemo, cette variable a été renommée $NEMO_SCRIPT_SELECTED_FILE_PATHS dans ce navigateur… J’ai trouvé cela très ennuyeux et c’est là que commence mon aventure.

Les scripts sont simples à écrire, quelques lignes suffisent mais en contrepartie, les scripts sont souvent assez peu bavards : s’il y a une erreur de dépendance, bien rien ne se passe ; si vous appliquez un script prévu pour un certain type de fichier, sur un autre, cela peu donner des résultats catastrophiques car de plus, certains scripts écrasent le/les fichier(s) source(s) ! Je me souviens d’un clic légèrement décalé par rapport à celui désiré qui avait détruit un de mes svg en appliquant une conversion prévue pour un jpg…

Du coup, j’ai créé mon dépôt de scripts sur github (je migrerais sûrement sur gitlab un jour), j’y dépose évidemment mes scripts mais surtout mes règles de structures. Mes scripts respectent donc les règles suivantes :

  • N’écrase jamais l’entrée !!!
  • Fonctionne aussi bien dans le prompt que dans n’importe quel navigateur de fichiers supportant les nautilus-scripts
  • Des notifications (en cas de problèmes de dépendances ou de type de fichiers invalide), on ne laisse pas l’utilisateur dans l’incompréhension en cas d’erreur !
  • Le type de fichier est déterminé par la commande file --mime-type -b "$input" | cut -d "/" -f2 (au besoin remplacer f2 par f1, supprimer le cut) jamais en déterminant les caractères après le dernier point ou pire les 3 derniers caractères du nom de fichier !
  • Tous les textes en anglais car les traductions sont difficiles à maintenir, le moins de texte possible.
  • Le nom du script contient des caractères utf-8 permettant de mieux comprendre le fonctionnement (ajouter ↶ ou ↷ pour un script de rotation permet de déterminer le sens c’est très pratique !)
  • Le nom du script contient des variables si le script est décliné en plusieurs version
  • Utilisation directe (pas de boite de dialogue)
  • Faciles à copier et à adapter (donc commenté, proprement indenté,…)

Je modifie régulièrement, au fur et à mesure de mes idées et des commentaires de contributeurs éventuels, les fonctions permettant d’obtenir ces résultats, tout est expliqué sur le dépôt.

Pour l’instant assez peu de scripts sont écrits mais une fois la structure bien en place le nombre de scripts devrait vite augmenter. Pour l’instant, sont disponibles :

  • installer des polices
  • concaténer / séparer les pages, tourner, compresser des pdf
  • redimensionner, recadrer automatiquement, convertir, tourner des images (90°, 180°, 270°, symétrie axiale)
  • renommer des photos à partir des données exif (date)
  • supprimer un fond blanc, ajouter un fond coloré à une image

Cela me permet de plus, d’apprendre à utiliser git, c’est tout bénef.

Post-it : Modifier simplement la couleur du notificateur de message Ubuntu

L’enveloppe bleue qui avertit de la réception de notifications mail ou messagerie instantanée n’est pas très visible pour mon père (qui est daltonien). Il est possible de modifier cette icône très facilement avec inkscape puisqu’il s’agit d’un svg. Mais pour ne pas installer Inkscape sur son poste uniquement pour faire cette modification, il est plus rapide de faire cette modification via un simple sed (le svg est un fichier xml). Si vous connaissez le code hexa de la couleur désirée tapez simplement :

sudo sed -i "s/19b6ee/ffff33/g" /usr/share/icons/ubuntu-mono-light/status/16/indicator-messages-new.svg

(ffff33 correspond à du jaune, adaptez en fonction de vos goûts)

Epson Perfection 1250 résoudre le problème de lag

Il y a longtemps, j’avais trouvé une astuce pour éviter que mon scanner Epson Perfection 1250 mette des plombes à démarrer. Et comme cela faisait longtemps, impossible de me souvenir de l’astuce.

Je n’utilise presque plus mon scanner, lui préférant souvent mon appareil photo car ce dernier est beaucoup plus rapide pour une qualité souvent amplement suffisante donc cet oubli n’était pas très important.

Mais comme j’ai appris qu’il est possible de partager un scanner en réseau sous Linux (dans mon journal linuxfr sur les interactions réseaux insuffisantes à mon goût, au moins au niveau de la visibilité et de la simplicité) je veux faire quelques essais. Du coup, l’astuce en question : Dans xsane, remplacer le temps de chauffe du scanner de -1 à 7.

(astuce retrouvée ici)

Voilà, cette fois c’est noté.

fixmbr

Il arrive que j’installe Linux en dual-boot sur des postes puis que, quelques temps plus tard, le poste changeant d’utilisateur, Linux doive être enlevé. Problème : la configuration du boot est souvent dans la partition Linux, il est donc nécessaire de restaurer le Master Boot Record… Pour cela les commandes les plus connues se font en console depuis un CD d’installation Windows. N’ayant pas toujours un tel disque sous la main (les portables sont fournis avec des disques de restauration, parfois ils n’ont pas de lecteur de disque,…), une solution depuis un live Linux (cd ou usb) est beaucoup plus pratique.

Il existe plein de possibilités (boot-repair par exemple) mais le plus simple me semble être :

  • dans un terminal, taper : sudo apt-get install lilo (depuis Ubuntu, à adapter en fonction du gestionnaire de paquets du live choisi)
  • ignorer les messages à propos de liloconfig, puis : sudo lilo -M /dev/sda mbr (après avoir déterminé si le disque en question est bien /dev/sda ou /dev/sdb… à l’aide de gparted, df ou autre)

{source}

Où est gimp-resynthesizer ?

S’il y a bien un script Gimp que j’adore, c’est gimp-resynthesizer. Je l’ai utilisé il y a longtemps et j’ai voulu le réutiliser aujourd’hui. Problème : le script n’est plus dans le même menu ou du moins je n’arrive pas à le retrouver. Avec HUD de Ubuntu (l'affichage tête haute, head-up display en anglais qui permet de chercher dans tous les menus de la fenêtre après avoir appuyé sur Alt) pas de résultat probant car gimp-resynthesizer ne se nomme plus ainsi…

Comme je viens enfin de le trouver, je le note ici : Filtres → Amélioration → Heal Selection

Pour rappel, ce script permet en deux clics de faire disparaître des objets d’une photo.

images_mini.gif

Note : Pour obtenir ce gif à partir des deux jpg, la commande très pratique employée ici est :
convert -delay 100 *.jpg images.gif

Post-it avconv : Pivoter une vidéo

avconv -i in.mov -vf "transpose=1" out.mov

(avconv est un fork de ffmpeg, il est possible d’utiliser la même commande avec ffmpeg)

Pour la valeur de transpose :

  • 0 = 90° trigonométrique + symétrie verticale
  • 1 = 90° horaire
  • 2 = 90° trigonométrique
  • 3 = 90° horaire + symétrie verticale

La dactylographie, quel intérêt ?

Intérêts

La vitesse n’est pas le seul bénéfice d’une frappe à dix doigts à l’aveugle. La dactylographie apporte bien plus que ce que nous ne l’imaginons au premier abord.

1. Confort (adieu migraine et nuque raide)

Sur dix doigts, nous n’en utilisons souvent que la moitié et nous passons notre temps à zieuter rapidement les touches. Lorsque nous regardons notre clavier, notre œil fait une mise au point sur nos doigts ; lorsque nous regardons ce que nous avons tapé, notre œil se focalise sur l’écran ; et ainsi de suite autant de fois que nécessaire. Ces variations de focale, bien qu’imperceptibles, fatiguent notre œil et par conséquent nous fatiguent…

Pire, si vous regardez votre clavier (souvent nous le faisons de façon tellement machinale que nous ne nous en rendons plus compte, faire un test de frappe avec un tissu sur les mains est souvent révélateur), il est fort probable que vos yeux ne soient pas les seules parties de votre corps en mouvement, votre nuque suit la cadence. Si vous portez des lunettes, ce hochement de tête est même rendu obligatoire par la réduction du champ de vision imposé par cet accessoire. En tapant à l’aveugle, votre regard est posé sur votre moniteur, uniquement sur votre moniteur.

D’ailleurs, puisque vous le regarderez, c’est le moment d’en profitez pour le régler convenablement :

  • Directement devant vous sans qu’une rotation de votre tête ne soit nécessaire.
  • À environ une longueur de bras de distance.
  • Incliné d’environ 10-15°.
  • À une hauteur convenable, c’est-à-dire de sorte que votre regard soit au niveau du bord supérieur de l’écran.

2. Concentration (adieu fautes)

Bon nombre d’utilisateurs remarquent qu’ils font plus de fautes sur PC que sur papier : des accords de conjugaison qui hérissent le poil en temps normal, des fautes de grammaire qui feraient saigner les pupilles d’un enfant de CM1,… Si c’est votre cas, notez qu’une explication possible à ce genre de phénomène est le manque d’attention que vous pouvez apporter à votre texte. Lorsque vous écrivez sur une feuille, vous êtes concentré sur vos phrases, pas sur votre stylo. Vous maîtrisez parfaitement votre stylo, vous n’avez pas besoin de réfléchir à son utilisation. Lorsque vous tapez au clavier sans avoir pris le temps de maîtriser celui-ci, vous êtes distrait de votre texte, une partie de votre attention est inconsciemment en train de se concentrer sur la position des touches.

En apprenant à taper à dix doigts à l’aveugle, vous finirez par ne plus réfléchir à la position des touches, comme un pianiste sur son instrument.

3. Célérité (adieu latence)

Bien évidemment, gagner en vitesse ne manque pas d’intérêt. Imaginez pouvoir écrire à la vitesse de vos pensées, aucun décalage qui ne limite vos idées. Et n’oublions pas la messagerie instantanée ou IRC, une discussion fluide est toujours plus agréable, vous l’avez d’ailleurs remarqué lors de discussion en ligne avec vos parents (ou grand-parents) : une discussion ralentie est tout simplement agaçante. Ne vous est-il jamais arrivé de taper une longue phrase avant de vous rendre compte que vous n’avez pas sélectionné le bon endroit et que par conséquent toute votre frappe est à recommencer ? Si c’est le cas, notez que la dactylographie vous évitera ce genre de déconvenue.

Les logiciels d’apprentissage de dactylographie

Vous ne pourrez pas taper à l’aveugle à dix doigts sans passer par une période d’apprentissage. Pendant cette phase, il est important de se rappeler que la vitesse n’est pas ce que vous devez chercher à développer au départ ; la précision est un allié précieux, la vitesse viendra avec le temps et l’assiduité dans les exercices. Pour commencer, placez vos index sur F et J, vos autres doigts sur les touches à proximité. Vous ne devez en aucun cas regarder vos doigts, le mieux est donc d’afficher dans un coin de votre écran, une image représentant le clavier. Pour votre apprentissage et pour l’entraînement (quotidien si possible), des logiciels sont à votre disposition.

Ktouch, dans sa dernière version, est certainement l’un des meilleurs logiciels d’apprentissage. Il y a un gestionnaire de profil, les leçons sont suffisamment courtes pour ne pas décourager le néophyte, ce qui implique que refaire un exercice n’est pas agaçant. L’interface est complète et la courbe de progression, montrant à la fois vitesse et précision, bien pensée. Un logiciel à essayer.

ktouch1.png

Son alternative Klavaro a le gros avantage d’avoir une introduction intéressante et des exercices qui évoluent très lentement : le premier exercice, vous ne tapez que deux lettres avec vos index, le second est réservé aux majeurs,… En ajoutant ainsi les nouvelles lettres très lentement, l’apprentissage se fait en douceur, trop peut-être, les exercices étant parfois long. Les courbes de représentation sont peu exploitables puisqu’il y a une courbe par exercice, dommage.

klavaro3.png

klavaro2.png

Certaines alternatives existent bien évidemment, mais bon nombre ne proposent pas de leçon de placement des doigts, ce qui est un manque indéniable. C’est le cas par exemple de gtypist qui s’utilise en ligne de commande – à ne conseiller qu’aux puristes du terminal – ou l’extension Addictive Typing Lessons pour Firefox qui ne présente pas non plus de réel intérêt.

Si vous ne trouvez pas de logiciel à votre goût, tapez par exemple « cours dactylo » ou « typing lessons » dans votre moteur de recherche préféré et vous trouverez suffisamment de résultats pour qu’il soit impossible de les lister ici. Citons simplement pour exemples http://www.keybr.com et http://www.dactylocours.com.

Les jeux

Une fois que vous commencez à maîtriser votre clavier avec tous vos doigts et sans vos yeux, vous pouvez chercher à progresser de façon plus ludique de temps en temps. Ces jeux ne remplacent pas les exercices mais une petite pause jeu ne fait pas de mal…

1. Pour les enfants

Gcompris comprend un jeu de chute de lettres ou de mots. Destiné aux enfants comme tous les jeux de la suite, les décors sont colorés. Notons qu’il n’y a pas de module pour que les enfants apprennent à placer leur doigts correctement, c’est dommage.

gcompris.png

La même remarque peut-être faite pour Tux Typing qui propose des jeux mettant en scène des chutes de poissons ou des destructions de comètes. Les animations de manchots de ce jeu le rendent sympathique. Graphiquement plus abouti et proposant plus de possibilités que l’équivalent inclus dans Gcompris, c’est vers ce jeu que vous devez orienter vos chères têtes blondes.

tuxtyping1.png

tuxtyping2.png

2. Dans le terminal

xletters est un jeu dans lequel des mots tombent, vous devez les taper avant qu’ils n’arrivent en bas. Au fur et à mesure des niveaux, les mots accélèrent et leurs vitesses ne sont plus synchronisées. Même principe de jeu pour Typespeed si ce n’est que les mots défilent de gauche à droite et qu’un peu de couleur l’agrémente : selon le temps qu’il vous reste pour le taper, les mots sont successivement vert, orange puis rouge. Avantage non négligeable de ce dernier, il est possible de choisir la langue des mots qui défilent depuis un menu.

typespeed.png

3. Sur le web

De très nombreux jeux sont disponibles sur la toile, leur intérêt est très variable. Parmi les plus amusants, citons :

Letter Bubbles est un jeu simple dans lequel des bulles contenant une lettre apparaissent et parcourent l’écran jusqu’à ce que vous tapiez leur contenu. Le jeu est classique mais propose quelques options originales (certaines bulles en explosent plusieurs, les réseaux sociaux sont bien utilisés pour partager son score,…).

Dans Z-Type, vous êtes aux commandes d’un vaisseau qui doit empêcher une invasion de mots. La musique est plutôt sympa, les mots assez variés. Fait assez rare pour être signalé, ce jeu n’est pas en flash mais en html5.

Si c’est la compétition qui vous motive, alors rendez-vous sur 10FastFingers ou typeracer. Vous pourrez vous confronter aux meilleurs, comparer votre vitesse de frappe par rapport à vos amis, faire la course…

En cherchant quelques minutes sur divers sites de jeux flash, il est possible de lister plusieurs centaines de jeux de dactylographie, tous plus ou moins identiques sur le principe, plus ou moins amusants, plus ou moins esthétiques, mettant en scène des avions, des vaisseaux, des monstres, le football américain, le karaoké, des escargots, deux filles en sous-vêtements dans un stand de tirs, des poules ou enfin un chat ninja tueur de dinosaures zombies,… bref, il y a peu de chance que vous n’en trouviez pas un seul qui soit à votre goût !

Conclusion

La dactylographie apporte de réels bénéfice au confort, ne négligez pas l’importance d’une bonne maîtrise d’un outil que vous utilisez certainement très régulièrement. Et si comme moi vous n’arrivez pas à vous faire à l’azerty, passez au bépo !

Les menus…

Dans mon dernier article j'ai critiqué le menu de Gnome-Shell. Allons un peu plus loin et ajoutons Unity à la comparaison :

unity-gnomeshell-elementary

J'ai mis du texte en anglais (désolé si mon anglais n'est pas à la hauteur) pour pouvoir partager cette image avec un peu plus de monde…

Gnome 3.6, toujours décevant ?

J'essaye de m'y faire, j'essaye vraiment. La dernière fois que j'ai critiqué Gnome-Shell il n'était pas encore finalisé donc il était normal de constater de nombreuses lacunes. Un an et demi plus tard, je teste très sérieusement et plein d'espoir. Hélas le constat reste décevant, je reste convaincu que le chemin sera encore long avant de pouvoir dire que Gnome-Shell est intéressant.

Je déteste le menu de Unity, on y perd un temps incroyable, cette détestation m'a poussé à chercher une alternative. Mais finalement, le menu de Gnome-Shell n'est pas mieux. Quel est mon reproche ? Imaginez que vous souhaitiez lancer un jeu dont vous ne vous souvenez plus du nom (ça m'est arrivé il y a peu en voulant tester Bit.Trip Runner). Vous avez quantifié le nombre de clics et déplacements de souris qu'il faut faire pour afficher la liste complète des jeux installés sur votre poste ? C'est tout bonnement incroyable ! A contrario, le menu de Elementary-OS m'a particulièrement convaincu sur ce point, il est très simple et très efficace.

screenshot-slingshot.png

Pour être plus clair, voici une petite image qui se passe de commentaire (cliquer sur l'image pour un accès à la dernière version de l'image) :

gnomeshell-elementary.jpg

Mais comme Elementary-OS a un défaut que j'estime rédhibitoire, je refuse de l'utiliser. À mon sens, transformer 98% de mon écran en un énorme espace vide qui ne sert à rien d'autre qu'afficher une image est une véritable absurdité. Et même si, pour des raisons valables, on interdit l'organisation spatiale de documents dans cet espace (ce qui me semble déjà vraiment dommage), est-il vraiment nécessaire d'y interdire toute activité, toute fonctionnalité ? Un clic gauche/droit/milieu pourrait faire apparaître quelque chose, non ? Bref…

J'ai donc tenté de personnaliser Gnome-Shell pour le mettre à mon goût. Après tout, avec le grand nombre d'extensions disponibles, il devrait être possible d'en faire exactement ce que je veux. Sans convenir vraiment, le seul menu qui s'approchait un tant soit peu de ce que je recherchais est Axe Menu.

screenshot_327_4.png

Je l'active depuis le site, j'en profite pour activer également Dash To Dock et une dizaine d'extensions supplémentaires (dont Trash, Status Area Horizontal Spacing, Maximus, All-in-one Places,…). Le constat final est amer : Les 3/4 des extensions que j'estimais nécessaires à l'obtention d'un environnement convenable et utilisable ne sont pas compatibles avec Gnome 3.6 (sortie il y a un petit peu plus d'un mois) et comme si cela n'était pas suffisant pour me faire enrager, rien ne m'indiquait que les extensions que j'installais et activais depuis le site officiel étaient incompatibles et que par conséquent rien ne se passait.

Que dois-je faire maintenant ? Patienter ? Après un an et demi d'attente, n'est-ce pas quelque peu frustrant ?

Post-it Blender : Transparence d'un png importé dans Blender

Cycles ne gère pas, par défaut, la transparence des png intégrés dans une scène. Jusqu'alors il fallait ruser, la dernière version permet de gérer la transparence sans subterfuge. Pour cela, jouez juste légèrement avec les nodes :

blender_png_alpha.png

Post-it SSH

Pourquoi écrire un billet sur SSH alors qu'on en trouve déjà partout sur le net ? Pourquoi avec très peu de détails alors qu'il y a énormément de possibilités ? Tout simplement parce qu'une documentation de 10 km de long, ce n'est pas toujours idéal. Si vous voulez plus de détails : le site officiel, la page dédiée de Wikipedia, la page dédiée de la doc Ubuntu-fr, la page dédiée de la doc Archlinux.

Serveur SSH

  • Sur le serveur : sudo apt-get install openssh-server
  • Sur le client : sudo apt-get install openssh-client
  • Port par défaut : 22

Authentification par clé SSH

  • Créer un couple de clés ssh : ssh-keygen -t rsa
  • Par défaut la clé publique est enregistrée dans le fichier ~/.ssh/id_rsa.pub
  • Pour utiliser la clé publique comme moyen d'authentification lors d'une connexion ssh : ssh-copy-id pseudo@serveur
  • Pour modifier la passphrase d'une clé privée RSA : ssh-keygen -p -f ~/.ssh/id_rsa

Utilisation

  • Pour lancer une commande ssh pseudo@serveur 'commande'
  • Pour ouvrir une session : ssh pseudo@serveur
  • Pour lancer des applications X : ssh -X pseudo@serveur
  • Transférer un fichier du client vers le serveur : scp this/dir/file.txt pseudo@serveur:/remote/dir
  • Transférer un dossier du client vers le serveur : scp -r this/dir pseudo@serveur:/remote/dir
  • Transférer un fichier du serveur vers le client : scp pseudo@serveur:/remote/dir/file.txt this/dir

Post-it : Photos avec webcam

J'ai mis du temps à trouver comment prendre une photo toutes les 5 minutes avec une webcam, avec comme nom de fichier la date et l'heure et ce pendant près d'un an. Motion une fois configuré comme il faut (ce n'est pas une mince affaire), a tenu une dizaine d'heures avant de planter. Cheese est limité à 200 photos, limite qui semble difficile à supprimer. La seule solution viable que j'ai trouvée : fswebcam. Pour pouvoir contrôler exactement quand prendre des photos, je couple celui-ci à cron.

Pour prendre une photo avec fswebcam :

fswebcam -d /dev/video0 -i 0 -p MJPEG -r 1600x1200 -S 20 --no-banner $(date "+%Y-%m-%d_%H.%M.%s").jpg

Bon, bien sûr tous les paramètres ne sont pas obligatoires et à adapter en fonction du besoin, mais pas de panique, le man est très clair. Mes premiers essais avec fswebcam en extérieur s'étaient soldés par des échecs car la webcam était éblouie. Le paramètre -S 20 a résolu ce problème puisqu'il permet de prendre plusieurs clichés sans les enregistrer (Skip) pour régler la luminosité (merci à taku et au cache de google).

Comme j'ai mis cette commande dans crontab, je peux paramétrer comme je l'entends les dates et heures des prises de vues, par contre, j'ai été contraint d'ajouter des \ devant les % (les signes % dans les commandes seront transformés en retour-chariot, sauf s’ils sont précédés d'un \). Pour une photo toutes les 5 minutes, ajouter dans crontab :

*/5 * * * * fswebcam -d /dev/video0 -i 0 -p MJPEG -r 1600x1200 -S 20 --no-banner $(date "+\%Y-\%m-\%d_\%H.\%M.\%s").jpg

J'ai testé Gnome Shell...

J'ai essayé plusieurs fois Gnome Shell, longuement, pour prendre le temps de m'habituer et ne pas faire de critique uniquement parce que les habitudes ont la vie dure.

J'ai téléchargé le liveCD plusieurs fois, mon dernier essai vient d'être fait avec la version 0.1.0. J'ai beau savoir qu'il reste encore un peu de temps aux développeurs, il y a énormément de choses que j'ai du mal à comprendre et je ne pense pas qu'il soit possible que Gnome Shell puisse être prêt à temps ou considéré comme fonctionnel à sa sortie... Certaines remarques que je liste sont des options par défauts de Gnome et peuvent être paramétrées (par l'utilisateur ou par les distributions), mais pourquoi ne pas mettre des options agréables pour le plus grand nombre, par défaut ?

Bien sûr on va me dire que ce n'est qu'une version alpha, qu'il faut donner leur chance aux développeurs de Gnome,... Peut-être oui, mais ça fait du bien de dire tout haut le mal qu'on pense tout bas.

overview-big.png

  • Clic gauche, droit ou milieu sur le bureau : Aucune action. Il n'y a pas non plus d'icône sur le bureau. À quoi il me sert alors ? Je suis obligé de déplacer ma souris jusqu'au coin gauche supérieur (ou d'appuyer sur la touche Windows) pour accéder au menu « Activités » alors que j'ai un énorme espace d'environ 1280×950px en plein milieu de mon écran qui sert à rien !?
  • Alt+F2, lanceur ultra basique, beaucoup trop basique...
  • Je n'ai pas trouvé comment enlever l'icône "Accès Universel" dont je n'ai pas besoin, je ne vais quand même pas lancer gconf-editor juste pour ça ?
  • À coté de Activités, le logo et le nom de l'application courante. Cliquer dessus permet une seule chose : Fermer l'application. C'est tout ! Ah ben on pourrait enlever la croix en haut à droite de l'application donc... tant qu'à supprimer des boutons autant y aller à fond.
  • Le thème gtk, le thème d'icônes, le thème de fenêtres sont ultra moches. C'est le thème par défaut mais franchement, pourquoi ce marron beige !
  • Dock, liste des applications lancées, liste des bureaux,... uniquement dans "Activités"
  • Clic gauche sur Empathy dans la zone de notification (en bas à droite) : Aucune action
  • Afficher les « Activités » puis cliquer sur « Applications ». Il n'y a pas un raccourci direct vers cette liste ?
  • Si j'ajoute un raccourci vers un dossier ou si je veux accéder à un périphérique ajouté plus tôt, je suis obligé d'ouvrir Nautilus pour cliquer dessus, pas de raccourci direct comme dans le menu "Applications, Raccourcis, Système".
  • Deux onglets dans Nautilus, impossible de les détacher pour obtenir 2 fenêtres séparées (du moins je ne trouve pas comment...)
  • En haut la barre est jolie, en bas la zone de notification est dégradée, pourquoi ne pas avoir un thème global ??? Qui plus est, ce dégradé est laid...
  • "Power Off..." accessible seulement en maintenant « Alt » hyper intuitif, mes parents ne trouveront jamais ça d'eux même... Personnellement, j'ai même pas trouvé « Redémarrer », j'espère que c'est parce que c'est un liveCD...
  • Tout semble gros : gros texte, gros espace entre les icônes, grosse bulle de notification (cette dernière semble même énorme),...

Gnome 2.x : Sobre et Simple
Premières impressions de Gnome Shell 3 alpha : Vide et options cachées

Je ne suis pour l'instant pas convaincu du tout. J'admets que certaines idées me semblent très sympa : la gestion des bureaux est vraiment intéressante, le calendrier, s'il est possible de l'utiliser avec un autre logiciel que Evolution, est très certainement pratique,... Vu que j'utilise Ubuntu depuis longtemps, certains penseront que je dis tout cela pour soutenir Unity mais notez bien que je déteste Unity, principalement parce que Dash est une véritable bouse.

AAAaah ! Ça fait du bien.

Raccourcis clavier mplayer

Mplayer est un lecteur multimedia bourré d'options. Je l'utilise régulièrement, voire exclusivement, surtout qu'il est très pratique pour lire des vidéos pour lesquels il y a des problèmes de décalage temporel des sous-titres ou lorsque la configuration matériel ne permet pas de lire des vidéos HD. Mais parfois, j'avoue que j'oublie quel bouton permet de décaler les sous-titres dans l'espace ou dans le temps, comment on affiche l'OSD, comment... bref vous avez compris l'idée.

Les raccourcis clavier sont répertoriés par exemple dans cette longue liste, mais les listes, je ne trouve pas ça très parlant, surtout, ma mémoire n'est pas du tout réceptive à cette forme de document. J'ai donc tenté de placer un maximum de ces raccourcis dans une image représentant un clavier qwerty (je pensais voir ensuite pour d'autres claviers), en ajoutant des couleurs en fonction du type d'action,... mais au final, le moins que l'on puisse dire c'est que ça fait peur.

mplayer_keyboard.png

C'est quasiment illisible et pourtant je me suis donné du mal pour rendre le dessin le plus clair possible. Je pense qu'il va falloir que je repense entièrement mon dessin, en ne se basant plus sur un clavier mais plutôt en dessinant de petits groupes de type d'actions. Tout à revoir donc.

Si vous pensez que cette image peut-être utile et/ou améliorée, vous trouverez en annexe la version svg compressée.

Ce qui manque à LinCity

Je suis un grand fan de SimCity. J'ai passé des heures à améliorer différentes villes à SimCity premier du nom puis à SimCity 4000. J'ai essayé plusieurs fois LinCity, un SimCity-like libre, il ne m'a personnellement jamais convaincu.

Lincity-ng-2.0.jpg

En cherchant des tutoriels sur Blender, je suis tombé sur l'excellent Aide mémoire Blender 2.5 de Matthieu Dupont de Dinechin. Comme ce document m'est extrêmement utile, j'ai flâné un peu sur le site de l'auteur. J'ai alors visionné cette courte vidéo :

C'est fait avec Blender, le style graphique est poétique à souhait, génial, relaxant... Jouer à LinCity avec ce genre de graphismes, ça, ça aurait de la gueule ! Ça serait original, beau, à la limite entre le jeu et l'art...

Si vous connaissez une dizaine de devs et graphistes libristes motivés, n'hésitez pas à leur proposer le concept... personnellement, j'en rêve.

Participer au développement de Super Tux Kart est on ne peut plus simple

J'aime bien SuperTuxKart, je n'y joue jamais car pour une raison que j'ignore il manque de fun.

Je regarde régulièrement les changements qui sont faits dans la version de développement du jeu. Comme hiker et Auria sont très actifs dernièrement, je me suis dit que le jeu avait peut-être pas mal évolué et qu'il était temps de le tester à nouveau.

STK2.jpg

Après installation de la version svn, je lance le jeu, je râle. Bon d'accord c'est vachement mieux mais bon, c'est chiant à mourir, le kart va à deux à l'heure ! C'est lent, c'est lent, c'est lent !!! Je retente en mode expert plutôt que débutant... C'est lent, c'est lent, c'est lent !!! C'est pour ça que c'est pas fun, juste parce que c'est trrrooooooooopppppppp llllllllleeeeeeeennnnnnnnntttttttttt..........

Je discute régulièrement avec les développeurs du projet SuperTuxKart sur le canal IRC #stk, le plus souvent, avec la dev principale, Auria qui, par bonheur, parle français, ce qui me simplifie parfois les choses (le canal #stk est anglophone et moi, plutôt mauvais en anglais). Un petit tour sur le canal, pour dire ce que je pense... JoergH et Auria m'expliquent que, étant donnée leur implication dans le développement du jeu, définir les vitesses, accélérations et autres paramètres du style est loin d'être simple, il est en effet parfois difficile de prendre du recul sur le jeu que l'on développe. Mais, m'expliquent-ils, il suffit d'ajuster une ligne dans un fichier (main/trunk/data/stk_config.xml) pour changer ces paramètres :

<engine power="300 400 400" max-speed="15 20 23" brake-factor="11.0" max-speed-reverse-ratio="0.3"/>

J'essaye plusieurs valeurs de "engine power" (le triplet étant pour les différents modes de jeu : débutant, intermédiaire, expert). Je fini par trouver des valeurs intéressantes que je propose alors, toujours via le canal IRC :

<engine power="400 450 500" max-speed="15 20 23" brake-factor="11.0" max-speed-reverse-ratio="0.3"/>

Auria me confirme qu'en effet, le jeu est plus fun ainsi, elle valide la modification dans la version de développement. Je jouerai peut-être encore un peu sur ces paramètres, je pense que les voitures n'ont pas assez de masses, à moins que ça ne soit un problème de friction...

Vous pensez toujours que participer au développement d'un projet libre n'est pas à la portée de tous ? Qu'il faut obligatoirement savoir coder, dessiner ou traduire ? Honnêtement ? Vous n'auriez pas été capable d'ajuster un simple fichier xml bourré de commentaires ? Vous avez une autre excuse ?

Contribuer au développement d'un projet libre est un jeu... et toi, à quoi tu joues ?

Aidez Shotwell en moins de 3 minutes

Shotwell est un gestionnaire de photos qui progresse très vite. Si la gestion actuelle des tags est chaotique, le classement par événement est particulièrement bien pensé. Je pense toujours qu'en avoir fait un logiciel par défaut dans Ubuntu était trop tôt pour Ubuntu 10.10, mais la version 0.8 qui sortira bientôt promet d'être un véritable délice, il sera même dommage de devoir attendre Ubuntu 11.04 pour l'installer (heureusement, Yorba a un ppa). La version 0.8 me semble très intéressante car elle ne se contente plus seulement de gérer les photos, elle gère aussi les vidéos. Un grand nombre d'appareils photo permettent de prendre des vidéos, les caméscopes prennent des photos, il est toujours agaçant de visualiser les vidéos, d'un anniversaire par exemple, séparément des photos, l'important c'est l'événement, pas le type de données.

Shotwell_logo.png

Mais pour que cette fonctionnalité soit disponible dans Shotwell, les développeurs ont besoin de vous quelques minutes. Oh, ce n'est pas grand chose, et surtout, si vous utilisez ou comptez utiliser Shotwell, répondre à cet appel ne pourra vous être que bénéfique puisque vos vidéos seront bien rangées. Le problème est simple, toutes les vidéos ne stockent pas la date de la même façon, il est donc nécessaire de vérifier le code avec un maximum de vidéos. Comme l'équipe ne possède pas tous les caméscopes du marché, elle demande à chacun d'apporter sa pierre à l'édifice.

  • Rendez-vous sur la page : http://trac.yorba.org/wiki/VideoMetadata
  • Suivez les instructions (franchement très simples)
  • Cliquez sur Register pour vous créer un compte (étape nécessitant 20 secondes)
  • Ajoutez une ligne ou plusieurs...

Souvent, on me dit : « Je ne code pas, je ne dessine pas, je ne peux pas participer au développement de projets libres ». Bien évidemment c'est complètement faux, il y a énormément de choses à faire pour aider un projet libre. En voici encore un exemple, qui en plus de ne demander aucune compétence particulière, ne requière pas beaucoup de temps.

Contribuer au développement d'un projet libre est un jeu... et toi, à quoi tu joues ?

- page 2 de 3 -