: "La révolution des fourmis" de Bernard Werber : Mouais bof.

Ce troisième tome ne m'a que très peu intéressé. Peut-être que certaines incohérences rendent le récit parfois trop improbable. Je ne parle pas ici du fait que l'histoire soit une fiction, après tout nous comprenons en lisant le deuxième tome que l'histoire est clairement orientée science fiction, non je parle ici des réactions des protagonistes. Un flic qui ne coupe ni l'eau, ni l'électricité pendant un siège par exemple. Sans parlé de la preuve mathématique que 1+1=3 dans l'encyclopédie que j'ai eu beaucoup de mal a comprendre (non pas que je ne comprenne pas les formules, je ne comprends juste pas comment l'auteur a pu se retrouver avec une division par 0 sans être dérangé),...

L'action dans les 200 dernières pages se fait plus intense et cela relance un peu la lecture et l'intérêt de ce troisième tome. Certaines réflexions appréciables, hélas noyées parmi pas mal d'absurdités, peuvent être aperçues dans les 50 dernières pages. J'apprécie aussi le personnage de Linart qui évolue de façon inattendue. Mais ces quelques points positifs sont trop peu nombreux pour faire de la révolution des fourmis un bon livre.

Un livre que je ne conseille donc pas. Je reste persuader que le premier tome était excellent, les autres n'étaient vraiment pas nécessaires.

La démonstration stupide avec division par 0 :

Prenons l'équation (a+b)×(a-b)=a²-ab+ba-b²
À droite -ab et +ba s'annulent, on a donc : (a+b)×(a-b)=a²-b²
Divisons les deux termes de chaque côté par (a-b), on obtient : (a+b)x(a-b)/a-b=a²-b²/a-b
Simplifions le terme de gauche : (a+b)=a²-b²/a-b
Posons a=b=1. on obtient donc : 1+1=1-1/1-1 soit 2=1/1
Lorsqu'on a le même terme en haut et en bas d'une division, celle-ci=1. Donc l'équation devient :
2=1 et, si on ajoute 1 des deux côtés, on obtient :
3=2, donc si on remplace 2 par 1+1 on obtient...
3=1+1 soit 1+1=3