J'avais écrit le magazine Linux Identity Set Ubuntu 8.04, j'ai retenté l'expérience pour la version 8.10. Relativement difficile à faire puisqu'il était nécessaire de rédiger des articles identiques mais différemment, un challenge très intéressant. 36 pages pour expliquer l'installation et quelques étapes de configuration et administration. J'ai rédigé l'ensemble du magazine, à l'exception de la FAQ (très bien faite d'ailleurs).

cover_ubuntu810fr.pdf-pages.png

Table des matières :

  • Description des DVD
  • Les nouveautés de Ubuntu 8.10
  • Installation de Ubuntu 8.10
  • Configurer la connexion réseau
  • Personnaliser l'apparence de Ubuntu
  • Installations automatiques
  • Installer une imprimante
  • FAQ

Je pense que c'est le dernier Linux Identity Set que je rédige, ce challenge de réécriture m'a demandé beaucoup de temps. Voici l'éditorial, j'espère qu'il vous donnera envie de lire le reste (le magazine est en cours d'impression donc il vous faudra un tout petit peu de patience) :

Au début des années 90, mon oncle me permettait pour la première fois de me divertir sur un PC. Je fuyais les fantômes dans l’arène de PacMan, cassais des briques dans PopCorn, aidais Jake et Edwood Blues dans leur recherche discographique. Je dessinais avec MS-Paint livré avec Microsoft Windows 3.0. Aurais-je pu imaginer, à l’époque, que les jeux deviendraient de véritables mastodontes, à l’image de World of Warcraft ou Enemy Territory: Quake Wars ? Aurais-je pu imaginer que Windows évoluerait jusqu’à donner Vista ? En fait, le seul logiciel encore existant qui n’a pas évolué depuis cette époque est MS-Paint. Deviner ces évolutions aurait tenu de la divination.

Au début des années 90, GNU/Linux voyait tout juste le jour. Étant donné la jeunesse du projet à l’époque, il serait futile de rédiger une liste évidemment très longue des progrès effectués. Trop de progrès en 15-20 ans, attardons-nous alors uniquement sur les quatre années d’évolutions de la distribution Ubuntu GNU/Linux. La première version de Ubuntu, Warty Warthog, fondée sur la version instable de Debian GNU/Linux, est sortie il y a maintenant 4 ans. L’installation se faisait en mode texte, de nombreuses configurations se faisaient en ligne de commandes, pour paramétrer le réseau ou la résolution de l’écran des fichiers textes devaient être édités manuellement, il était nécessaire de monter et démonter les périphériques de stockage et les CD-ROM, l’installation de pilotes était un casse-tête la plupart du temps, etc.

Depuis 2004, une nouvelle version de Ubuntu sort tous les six mois. Chaque nouvelle version est plus esthétique, plus simple à utiliser, plus facile à installer que la précédente. Chaque nouvelle version profite, de plus, des progrès de tous les composants inclus dans une distribution GNU/Linux: l’environnement de bureau GNOME, KDE ou XFCE, les logiciels (Mozilla Firefox, The Gimp, OpenOffice.org...), les jeux, le serveur X-Window X.org, etc.

Avec la version 8.10 alias Intrepid Ibex, la liste des améliorations de Ubuntu GNU/Linux n’est bien évidemment pas en reste. Tout ce qui pouvait faire fuir un utilisateur lambda en 2004 a bien sûr disparu. L’époque où GNU/Linux était uniquement destiné aux serveurs est bel et bien révolue. Ubuntu s’impose sur les ordinateurs personnels comme un concurrent direct de Windows Vista ou de Mac OS X. En effet, tout est mis en place pour que son utilisation soit optimale : les installations automatiques sont de plus en plus courantes, de nombreux outils simples permettent de configurer et personnaliser votre système, le bureau profite des performances 3D de votre carte graphique pour des effets forts sympathiques (même si vous n’avez pas une bête de course), le choix des logiciels par défaut est judicieux, l’esthétique est sobre tout en étant agréable, etc.

Malgré toutes ces évolutions, GNU/Linux garde l’image du système d’exploitation austère, difficile à installer et uniquement destiné aux aficionados de la ligne de commande qu’il était peut-être quelque peu par le passé. Pourtant les progrès sont là. Nous ne nous demandons plus aujourd’hui si le désormais célèbre système d’exploitation libre est prêt pour une utilisation bureautique, c’est une certitude. Nous ne nous demandons plus si Linux est simple à configurer, nous en sommes sûrs. Mais encore faut-il convaincre la masse. Aujourd’hui, les utilisateurs de GNU/Linux représentent environ 1% des utilisateurs d’ordinateurs, nous sommes donc très loin d’avoir brisé la glace avec l’utilisateur moyen. Ce numéro de Linux Identity Set est là pour ça.

Si vous pensez que GNU/Linux est trop compliqué pour vous, lisez attentivement ce numéro, vous changerez d’avis.