les-aventures-d-alice-au-pays-des-merveilles-la-traverse-du-miroir-et-ce-qu-alice-trouva-de-l-autr-25191233.gif"Alice au pays des merveilles" puis "La traversée du Miroir et ce qu'Alice trouva de l'autre coté" de Lewis Carroll : Traduction de Laurent Bury.

L'introduction du livre, qui n'est autre qu'une biographie de l'auteur, est particulièrement intéressante, je vous conseille vivement de la lire.

J'ai déjà lu Alice au pays des merveilles, c'est un livre que j'ai particulièrement apprécié. La version que j'avais lue était la traduction de Jean-Pierre Berman. Je n'avais pas été particulièrement choqué par la traduction. Avant de lire la traversée du Miroir, je n'ai pas pu m'empêcher de relire le premier volet des aventures d'Alice, surtout que dans la « note sur la traduction », Laurent Bury explique qu'il a énormément travaillé sur les poèmes. Lors de cette deuxième lecture, les poèmes m'ont en effet semblé plus clairs, mais peut-être est-ce dû au fait qu'il s'agit là d'une nouvelle lecture. Là où le traducteur m'a complètement perdu, c'est au chapitre 11 quand il remplace « Qui a volé les tartes ? » par « Qui a volé le beurre ? ». Alice aurait léché le beurre car elle le trouvait appétissant. Cela me semble absurde, même pour la rime de modifier à ce point le sens du texte. Du coup, cette traduction de « Alice au pays des merveilles » m'a quelque peu déçu. Deux fois que je lis ce roman, deux fois que je l'adore, deux fois que je suis déçu par l'édition (la première ne contenait pas les illustrations, dans la seconde, un passage a été sabordé par une traduction complètement hors de propos).

Après avoir lu 2 fois le premier volet (j'ai lu en fait certains chapitres 6 ou 7 fois, tellement je les trouvais géniaux), il était temps pour moi de traverser le Miroir. Dans ce second volume, il n'est plus question de cartes (au pays des merveilles, Alice rencontre 2, 5, 7, la reine de cœur,...), mais d'une partie d'échec. Les mouvements des pièces (Alice est un pion, elle rencontre les reines, des cavaliers,...) respectent d'ailleurs les règles du jeu, l'auteur en fait la démonstration (en annexe dans cette édition). Alice rencontre, encore une fois des personnages plus loufoques les uns que les autres, les discussions sont toujours aussi absurdes, les poèmes étranges. J'aime particulièrement la discussion avec le lys tigré dans le second chapitre et l'étrange examen dans « La reine Alice ». J'ai toutefois été moins emballé par ces aventures, peut-être parce que les personnages du premier volet m'étaient plus familiers, un peu comme des amis que l'on connait depuis l'enfance. Lors de ma lecture de « La traversée du Miroir et ce qu'Alice trouva de l'autre coté », j'ai traversé le Miroir avec Alice, j'ai rit, je me suis amusé, je n'ai pas été émerveillé.