lp98-1-225x300.jpg

Je travaille dans un laboratoire de recherche et je suis souvent horrifié de constater les problèmes engendrés par les logiciels propriétaires. Le pire exemple est peut-être Mathtype un éditeur d’équation qui s’intègre à Microsoft Office. Chaque nouvelle version d’Office implique l’achat de la dernière version de Mathtype et surtout pour lire une équation faite avec ce logiciel tous ceux qui ouvrent un document docx doivent acheter Mathtype ! Pour moi, il s’agit plus d’un ransomware (rançongiciel) que d’un logiciel.

Une autre fonctionnalité particulièrement importante dans un laboratoire de recherche : Tracer et analyser. Certains choisiront d’utiliser SigmaPlot, Origin, Kaleidagraph, Igor Pro… des solutions propriétaires, onéreuses et non disponibles pour l’ensemble des systèmes d’exploitation courants. À titre d’exemple, Origin n’est disponible qu’en trois langues et uniquement pour Microsoft Windows. Cela me semble particulièrement :

  • problématique pour la pérennité de vos données. Si vous souhaitez un jour changer de système d’exploitation (dans 5, 10, 15 ans…) vous pourriez ne plus avoir accès à vos propres documents, un logiciel mono-plateforme vous enchaîne à un OS particulier. Si votre OS fait une mise à jour de version automatiquement, vous n’êtes pas assuré que votre logiciel sera bien compatible (nous avons été témoins des sueurs froides des utilisateurs de Windows lors du passage forcé en version 10 alors que certains de leurs logiciels propriétaires ne sont pas compatibles avec cette version du système d’exploitation… Passage en caisse obligatoire, dans le meilleur des cas !). Vous n’êtes pas assuré que le développeur apporte les fonctionnalités dont vous avez besoin alors qu’avec un logiciel libre, vous pouvez développer ou payer pour qu’une fonctionnalité soit mise en place.
  • problématique pour la collaboration. Il est rare, aujourd’hui, de travailler en totale autarcie. Imposer l’utilisation d’un logiciel payant et non multi-plateforme, cela correspond à imposer un achat et/ou l’utilisation d’un système d’exploitation spécifique pour pouvoir accéder à des tracés ou des analyses à vos collaborateurs, des stagiaires, des interlocuteurs, des collègues. Un tel assujettissement ne devrait pas être envisagé, même si cette solution peut sembler plus confortable à court terme.

J’aime le logiciel SciDAVis et j’ai pensé qu’il serait intéressant d’en faire la promotion dans Linux Pratique, c’est ce que je viens de faire dans le numéro 98.

scidavis.png

Pendant l’écriture de l’article, j’ai alors découvert Alphaplot, un logiciel qui deviendra peut-être SciDAVis Next Gen. J’ai profité de l’occasion pour interviewer l’auteur principal. Dès que je trouve un peu de temps, je m’implique dans le développement pour proposer une traduction française plus complète.

alphaplot1.png