Combien de fois, enfant puis adolescent, ai-je entendu un équivalent de « 42 : Loire. Capitale : Saint-Étienne. Tu ne sais même pas ça ! Mais, qu’est-ce qu’on vous apprend à l’école ?! » ?

Rhétorique lancinante revenant inexorablement avec la régularité d’un marronnier dans un journal de Jean-Pierre Pernault et la fréquence ressentie d’un battement d’aile de colibri. Ce matin sur France cul (oui je cite France Culture deux jours de suite, ça me surprend aussi), les géographes étaient à l’honneur et l’une d’entre eux a partiellement répondu à la question « Pourquoi on n’apprend plus par cœur les départements à l’école » :

En gros, on n’apprend pas par cœur les informations que l’on pourra retrouver facilement avec les outils actuels, on apprend à gérer des connaissances pour en tirer des analyses et comprendre les mécanismes à l’œuvre.

Ça fait une question de moins à se poser…