CVT_Pop-1280_1109.jpg : « Pottsville, 1280 habitants » de Jim Thompson

On croit suivre un imbécile de shérif mais on comprend très vite que l’imbécile ne l’est peut-être pas tant que cela, il dépense beaucoup d’énergie et use de bien complexes stratagèmes pour rester à son poste et ainsi continuer à ne pas faire son métier… C’est drôle, c’est addictif, la psychologie des personnages et leurs complexes interactions et manipulations sont très bien développées. Je ne m’attendais pas à ce que le texte soit vraiment prenant, pourtant une fois commencé, impossible d’arrêter ! Ce page turner est un petit délice…

Petit bémol, le résumé de l’éditeur (Rivages/noir) en quatrième de couverture est une pure connerie puisqu’il contient un spoil qui laisse songeur inutilement pendant toute la lecture, c’est complètement con ! Voici donc le même résumé sans aucun bout de texte absurde : « Shérif de Pottsville, 1280 habitants, au début du vingtième siècle, Nick Corey évite de trop se fatiguer à se mêler des affaires de ses administrés, débonnaire, apparemment pas très malin, il se laisse même contester et humilier en public. Comme si cela ne suffisait pas, il pourrait bien perdre son poste aux prochaines élections. Il décide donc de commencer à faire le ménage… ».