yeKblog

Participer à un projet libre est un jeu... Et toi, à quoi tu joues ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Syncthing » et « Bépo » dans Linux Pratique 85 (Septembre - Octobre 2014)

linux-pratique-85.jpg

Quand j’ai découvert Syncthing, j’ai tout de suite aimé le projet. Je me suis mis en contact avec l’auteur pour lui poser quelques questions et ai tenté de faire un peu de promo dans Linux Pratique. J’aurais pu tout vous expliquer ici mais je n’ai aucun lecteur (d’ailleurs qu’est-ce que vous faites ici ?)… autant utiliser un media où je suis lu !

linux-pratique-85-syncthing.jpg

Depuis bientôt un an, j’utilise un clavier bépo. J’ai écrit un très long article sur tout ce qu’apporte cette disposition de clavier optimisé pour le français. Quand je dis très long, c’est vraiment très très long. Trop long pour en faire un article dans un magazine (il faut dire que lorsqu’on tape en bépo, on tape avec tellement de plaisir et tellement vite que l’on pourrait écrire un roman sans s’en rendre compte ;) ), je l’ai alors découper en trois parties :

  • l’introduction à propos de la dactylographie sur mon blog
  • la section sur le bépo dans ce Linux Pratique
  • une troisième partie sur l’Ergodox qui sera bientôt publiée, je ne sais pas encore où…

Très honnêtement, depuis que j’utilise un clavier Ergodox je ne comprends pas comment on peut faire pour taper, sans hurler, sur un clavier non ergonomique (je râle après mon clavier au boulot !) mais je sais que l’Ergodox est réservé aux plus bidouilleurs donc je ne conseille pas à tous de s’en acheter et construire un, mais le bépo ne coûte rien ! Très honnêtement, si vous êtes encore en azerty, vous ne savez pas à quel point vous vous embêtez inutilement ! Surtout que le bépo est une disposition de clavier qui peut-être utilisée sur n’importe quel clavier et très facilement ! N’hésitez surtout pas à vous lancer dans l’apprentissage de la dactylographie en bépo !

linux-pratique-85-bepo.jpg

La dactylographie, quel intérêt ?

Intérêts

La vitesse n’est pas le seul bénéfice d’une frappe à dix doigts à l’aveugle. La dactylographie apporte bien plus que ce que nous ne l’imaginons au premier abord.

1. Confort (adieu migraine et nuque raide)

Sur dix doigts, nous n’en utilisons souvent que la moitié et nous passons notre temps à zieuter rapidement les touches. Lorsque nous regardons notre clavier, notre œil fait une mise au point sur nos doigts ; lorsque nous regardons ce que nous avons tapé, notre œil se focalise sur l’écran ; et ainsi de suite autant de fois que nécessaire. Ces variations de focale, bien qu’imperceptibles, fatiguent notre œil et par conséquent nous fatiguent…

Pire, si vous regardez votre clavier (souvent nous le faisons de façon tellement machinale que nous ne nous en rendons plus compte, faire un test de frappe avec un tissu sur les mains est souvent révélateur), il est fort probable que vos yeux ne soient pas les seules parties de votre corps en mouvement, votre nuque suit la cadence. Si vous portez des lunettes, ce hochement de tête est même rendu obligatoire par la réduction du champ de vision imposé par cet accessoire. En tapant à l’aveugle, votre regard est posé sur votre moniteur, uniquement sur votre moniteur.

D’ailleurs, puisque vous le regarderez, c’est le moment d’en profitez pour le régler convenablement :

  • Directement devant vous sans qu’une rotation de votre tête ne soit nécessaire.
  • À environ une longueur de bras de distance.
  • Incliné d’environ 10-15°.
  • À une hauteur convenable, c’est-à-dire de sorte que votre regard soit au niveau du bord supérieur de l’écran.

2. Concentration (adieu fautes)

Bon nombre d’utilisateurs remarquent qu’ils font plus de fautes sur PC que sur papier : des accords de conjugaison qui hérissent le poil en temps normal, des fautes de grammaire qui feraient saigner les pupilles d’un enfant de CM1,… Si c’est votre cas, notez qu’une explication possible à ce genre de phénomène est le manque d’attention que vous pouvez apporter à votre texte. Lorsque vous écrivez sur une feuille, vous êtes concentré sur vos phrases, pas sur votre stylo. Vous maîtrisez parfaitement votre stylo, vous n’avez pas besoin de réfléchir à son utilisation. Lorsque vous tapez au clavier sans avoir pris le temps de maîtriser celui-ci, vous êtes distrait de votre texte, une partie de votre attention est inconsciemment en train de se concentrer sur la position des touches.

En apprenant à taper à dix doigts à l’aveugle, vous finirez par ne plus réfléchir à la position des touches, comme un pianiste sur son instrument.

3. Célérité (adieu latence)

Bien évidemment, gagner en vitesse ne manque pas d’intérêt. Imaginez pouvoir écrire à la vitesse de vos pensées, aucun décalage qui ne limite vos idées. Et n’oublions pas la messagerie instantanée ou IRC, une discussion fluide est toujours plus agréable, vous l’avez d’ailleurs remarqué lors de discussion en ligne avec vos parents (ou grand-parents) : une discussion ralentie est tout simplement agaçante. Ne vous est-il jamais arrivé de taper une longue phrase avant de vous rendre compte que vous n’avez pas sélectionné le bon endroit et que par conséquent toute votre frappe est à recommencer ? Si c’est le cas, notez que la dactylographie vous évitera ce genre de déconvenue.

Les logiciels d’apprentissage de dactylographie

Vous ne pourrez pas taper à l’aveugle à dix doigts sans passer par une période d’apprentissage. Pendant cette phase, il est important de se rappeler que la vitesse n’est pas ce que vous devez chercher à développer au départ ; la précision est un allié précieux, la vitesse viendra avec le temps et l’assiduité dans les exercices. Pour commencer, placez vos index sur F et J, vos autres doigts sur les touches à proximité. Vous ne devez en aucun cas regarder vos doigts, le mieux est donc d’afficher dans un coin de votre écran, une image représentant le clavier. Pour votre apprentissage et pour l’entraînement (quotidien si possible), des logiciels sont à votre disposition.

Ktouch, dans sa dernière version, est certainement l’un des meilleurs logiciels d’apprentissage. Il y a un gestionnaire de profil, les leçons sont suffisamment courtes pour ne pas décourager le néophyte, ce qui implique que refaire un exercice n’est pas agaçant. L’interface est complète et la courbe de progression, montrant à la fois vitesse et précision, bien pensée. Un logiciel à essayer.

ktouch1.png

Son alternative Klavaro a le gros avantage d’avoir une introduction intéressante et des exercices qui évoluent très lentement : le premier exercice, vous ne tapez que deux lettres avec vos index, le second est réservé aux majeurs,… En ajoutant ainsi les nouvelles lettres très lentement, l’apprentissage se fait en douceur, trop peut-être, les exercices étant parfois long. Les courbes de représentation sont peu exploitables puisqu’il y a une courbe par exercice, dommage.

klavaro3.png

klavaro2.png

Certaines alternatives existent bien évidemment, mais bon nombre ne proposent pas de leçon de placement des doigts, ce qui est un manque indéniable. C’est le cas par exemple de gtypist qui s’utilise en ligne de commande – à ne conseiller qu’aux puristes du terminal – ou l’extension Addictive Typing Lessons pour Firefox qui ne présente pas non plus de réel intérêt.

Si vous ne trouvez pas de logiciel à votre goût, tapez par exemple « cours dactylo » ou « typing lessons » dans votre moteur de recherche préféré et vous trouverez suffisamment de résultats pour qu’il soit impossible de les lister ici. Citons simplement pour exemples http://www.keybr.com et http://www.dactylocours.com.

Les jeux

Une fois que vous commencez à maîtriser votre clavier avec tous vos doigts et sans vos yeux, vous pouvez chercher à progresser de façon plus ludique de temps en temps. Ces jeux ne remplacent pas les exercices mais une petite pause jeu ne fait pas de mal…

1. Pour les enfants

Gcompris comprend un jeu de chute de lettres ou de mots. Destiné aux enfants comme tous les jeux de la suite, les décors sont colorés. Notons qu’il n’y a pas de module pour que les enfants apprennent à placer leur doigts correctement, c’est dommage.

gcompris.png

La même remarque peut-être faite pour Tux Typing qui propose des jeux mettant en scène des chutes de poissons ou des destructions de comètes. Les animations de manchots de ce jeu le rendent sympathique. Graphiquement plus abouti et proposant plus de possibilités que l’équivalent inclus dans Gcompris, c’est vers ce jeu que vous devez orienter vos chères têtes blondes.

tuxtyping1.png

tuxtyping2.png

2. Dans le terminal

xletters est un jeu dans lequel des mots tombent, vous devez les taper avant qu’ils n’arrivent en bas. Au fur et à mesure des niveaux, les mots accélèrent et leurs vitesses ne sont plus synchronisées. Même principe de jeu pour Typespeed si ce n’est que les mots défilent de gauche à droite et qu’un peu de couleur l’agrémente : selon le temps qu’il vous reste pour le taper, les mots sont successivement vert, orange puis rouge. Avantage non négligeable de ce dernier, il est possible de choisir la langue des mots qui défilent depuis un menu.

typespeed.png

3. Sur le web

De très nombreux jeux sont disponibles sur la toile, leur intérêt est très variable. Parmi les plus amusants, citons :

Letter Bubbles est un jeu simple dans lequel des bulles contenant une lettre apparaissent et parcourent l’écran jusqu’à ce que vous tapiez leur contenu. Le jeu est classique mais propose quelques options originales (certaines bulles en explosent plusieurs, les réseaux sociaux sont bien utilisés pour partager son score,…).

Dans Z-Type, vous êtes aux commandes d’un vaisseau qui doit empêcher une invasion de mots. La musique est plutôt sympa, les mots assez variés. Fait assez rare pour être signalé, ce jeu n’est pas en flash mais en html5.

Si c’est la compétition qui vous motive, alors rendez-vous sur 10FastFingers ou typeracer. Vous pourrez vous confronter aux meilleurs, comparer votre vitesse de frappe par rapport à vos amis, faire la course…

En cherchant quelques minutes sur divers sites de jeux flash, il est possible de lister plusieurs centaines de jeux de dactylographie, tous plus ou moins identiques sur le principe, plus ou moins amusants, plus ou moins esthétiques, mettant en scène des avions, des vaisseaux, des monstres, le football américain, le karaoké, des escargots, deux filles en sous-vêtements dans un stand de tirs, des poules ou enfin un chat ninja tueur de dinosaures zombies,… bref, il y a peu de chance que vous n’en trouviez pas un seul qui soit à votre goût !

Conclusion

La dactylographie apporte de réels bénéfice au confort, ne négligez pas l’importance d’une bonne maîtrise d’un outil que vous utilisez certainement très régulièrement. Et si comme moi vous n’arrivez pas à vous faire à l’azerty, passez au bépo !

Bépo, bilan après quelques semaines

Il y a quelques semaines, j’ai choisi de changer de disposition de clavier pour passer au bépo. Sur le coup, je m’étais contenté d’un billet très court, je peux aujourd’hui taper un long texte en un seul jour, alors voici un petit état des lieux.

Tout d’abord notez que j’écrivais en azerty environ 45 mots par minutes, en utilisant une bonne moitié de mes doigts et en regardant beaucoup mon clavier. J’ai pensé que tant qu’à apprendre à taper au clavier sans le regarder, autant apprendre sur une disposition qui évite à mes doigts de gesticuler dans tous les sens pour des raisons uniquement historiques (la disposition azerty a été spécifiquement étudiée pour éviter les risques de blocage des premières machines à écrire mécaniques, ce qui n’a aujourd’hui plus aucune raison d’être) et tant qu’à faire, autant utiliser une disposition qui autorise aisément la saisie de caractères particuliers mais intéressants ( –’À…«»—×≠ŒÉÇñ₁₂₅⁶⁷⁹Å≃ etc).

La disposition bépo à été inventée pour simplifier la saisie du français, c’est le clavier que August Dvorak et William Dealey auraient inventé s’ils avaient été francophones. Si vous souhaitez plus d’infos au sujet de la disposition bépo je vous invite à lire :

Installation

Je suis sous Ubuntu, ça a été plutôt simple puisque la disposition bépo est disponible directement dans l’utilitaire de configuration du clavier (Paramètres système…). Toutefois, pour être pleinement fonctionnel sudo dpkg-reconfigure keyboard-configuration dans un terminal permet d’avoir du bépo dans tty.

Comme je tape souvent des caractères grecs, j’ai également ajouté un fichier ~/.XCompose pour profiter de la lettre morte grecque :

include "%L" # pour inclure le fichier par défaut

# Lettres grecques
<mu> <a> : "α" Greek_alpha
<mu> <A> : "Α" Greek_ALPHA
<mu> <b> : "β" Greek_beta
<mu> <B> : "Β" Greek_BETA
<mu> <g> : "γ" Greek_gamma
<mu> <G> : "Γ" Greek_GAMMA
<mu> <d> : "δ" Greek_delta
<mu> <D> : "Δ" Greek_DELTA
<mu> <e> : "ε" Greek_epsilon
<mu> <E> : "Ε" Greek_EPSILON
<mu> <z> : "ζ" Greek_zeta
<mu> <Z> : "Ζ" Greek_ZETA
<mu> <h> : "η" Greek_eta
<mu> <H> : "Η" Greek_ETA
<mu> <j> : "θ" Greek_theta
<mu> <J> : "Θ" Greek_THETA
<mu> <i> : "ι" Greek_iota
<mu> <I> : "Ι" Greek_IOTA
<mu> <k> : "κ" Greek_kappa
<mu> <K> : "Κ" Greek_KAPPA
<mu> <l> : "λ" Greek_lambda
<mu> <L> : "Λ" Greek_LAMBDA
<mu> <m> : "μ" Greek_mu
<mu> <M> : "Μ" Greek_MU
<mu> <n> : "ν" Greek_nu
<mu> <N> : "Ν" Greek_NU
<mu> <x> : "ξ" Greek_xi
<mu> <X> : "Ξ" Greek_XI
<mu> <o> : "ο" Greek_omicron <mu> <O> : "Ο" Greek_OMICRON
<mu> <p> : "π" Greek_pi
<mu> <P> : "Π" Greek_PI
<mu> <r> : "ρ" Greek_rho
<mu> <R> : "Ρ" Greek_RHO
<mu> <s> : "σ" Greek_sigma
<mu> <S> : "Σ" Greek_SIGMA
<mu> <c> : "ς" Greek_finalsmallsigma
<mu> <C> : "Σ" Greek_SIGMA
<mu> <t> : "τ" Greek_tau
<mu> <T> : "Τ" Greek_TAU
<mu> <u> : "υ" Greek_upsilon
<mu> <U> : "Υ" Greek_UPSILON
<mu> <f> : "φ" Greek_phi
<mu> <F> : "Φ" Greek_PHI
<mu> <q> : "χ" Greek_chi
<mu> <Q> : "Χ" Greek_CHI
<mu> <y> : "ψ" Greek_psi
<mu> <Y> : "Ψ" Greek_PSI
<mu> <w> : "ω" Greek_omega
<mu> <W> : "Ω" Greek_OMEGA
<mu> <mu> : "μ" Greek_mu # ajout au cas où µ ne s'affiche plus via la lettre morte

Apprentissage

Comment apprend-on une nouvelle disposition ? Tout simplement en s’excerçant. Pour cela, j’ai utilisé Klavaro et le site Dactylotest.

Est-ce que je tape plus vite qu’avec mon azerty ? Pas encore, mais je progresse. Voici d’ailleurs un graphique représentant le nombre de mots tapés par minutes (les points) et le nombre de corrections (la taille des cercles) en fonction de la date :

progression_bepo_1.png

Bilan

Malgré ma vitesse de frappe pour l’instant ralentie, j’apprécie déjà énormément ma migration car je ne regarde plus mon clavier lors de la saisie, j’ai accès à des caractères auquels je n’avais pas accès facilement (principalement les indices, exposants, l’apostrophe « ’ », les caractères grecs (l’astuce du XCompose fonctionne en azerty mais je ne la connaissais pas), la frappe est plus agréable (on ne va pas chercher des caractères fréquents dans la ligne des chiffres, l’@ est une touche directe,…)

Après quelques jours et pendant près d’une semaine, aller sur mon ordinateur était presque une corvée. Je détestais le fait de mettre une éternité à taper un texte pourtant très court, j’utilisais alors mon téléphone au lieu de mon logiciel de messagerie instantanée, je modifiais mon propos pour le rendre le plus synthétique possible. C’est un moment qui m’a permis de mieux comprendre certaines réactions de mon père devant son ordinateur.

Désagréments :

  • Ctrl+V pour coller n’est pas très accessible
  • Certains jeux dont la disposition des touches n’est pas configurables sont parfois pénibles (je n’arrive pas a retrouvé de quels jeux il s’agissait)
  • Il y a trop peu de claviers bépo dans le commerce, aucun ne me convient parfaitement : le 2030 a disposition droite mais non ergonomique, le 209 est ergonomique mais pas un bépo (Je veux que les touches soient écrites pour les caractères spéciaux principalement, c’est toujours agaçant de chercher comment taper | § & ou ≥ sur un clavier vierge) j’aime la disposition de la touche Entrée, je déteste le prix est très élevé, certaines idées de Ergodox sont sympathiques mais le clavier est à fabriquer soit même et le coût est très élevé Ergonéos n’est ni droit, ni ergonomique (le décalage des touches n’a pas plus de sens que la disposition azerty sur un clavier actuel), Advantage est cher et non bépo (à un tel prix je trouve dommage de devoir coller des étiquettes dessus…)

Étiquettes

J’ai imprimé mes étiquettes sur des feuilles A4 résistantes, si leur style vous intéresse, servez-vous :

bepo_etiquette.png