yeKblog

Participer à un projet libre est un jeu... Et toi, à quoi tu joues ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Textext dans Inkscape 0.91

Intégrer des formules LaTeX directement dans Inkscape est quasi indispensable pour les scientifiques utilisateurs de ce logiciel de dessin vectoriel. Il est possible de le faire directement via la menu Extensions → Rendu → LaTeX…. Si cette entrée n’est pas disponible, c’est qu’il manque une dépendance, mais tant qu’à installer celle-ci, profitez-en pour installer Textext, l’extension LaTeX plus complète qui permet de ré-éditer les équations.

Si vous téléchargez Textext directement depuis le site officiel alors que vous utilisez Windows le script ne se lancera pas. Il est nécessaire d’utiliser une version modifiée de Textext. J’ai trouvé cette version modifiée sur le net, j’en mets une copie ici car beaucoup des liens que j’ai trouvé ont tendance à renvoyer vers des 404… [sources : 1 2 3].

Windows

logo_windows.png

Choisissez les fichiers d’installation 32 ou 64 bits en fonction de votre système. Si vous ne savez pas lequel il vous faut : Clic droit sur l’icône Ordinateur (sur le Bureau ou dans le Menu Windows) → Propriétés, l’information est affichée dans Système : Type du système.

  1. Installer Miktex, Ghostscript, Ghostview, ImageMagick
  2. Installer pstoedit en personnalisant l’installation :
    1. Installation dans le dossier de Gostgum : C:\Program Files\Ghostgum\pstoedit
    2. Cocher : « .h and .lib files for using the pstoedit.dll in other programs » et « plugins SVG, MIF, EMF, CGM format (shareware) »
  3. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans : C:\Program Files\Inkscape\share\extensions
  4. Extraire site-packages.zip dans : C:\Program Files\Inkscape\python\Lib\site-packages
  5. Clic droit Ordinateur (sur le Bureau ou dans le Menu Windows) : Propriétés → Paramètres système avancés → Variables d'environnement… Dans Variables système → Path, ajouter :

;C:\Program Files\gs\gs9.15\lib;C:\Program Files\gs\gs9.15\bin;C:\Program Files\ghostgum\pstoedit

MacOS

logo_mac.png

  1. Installer pstoedit via Macports ou Fink
  2. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans le dossier : /Applications/Inkscape.app/Contents/Resources/extensions

GNU/Linux

logo_linux.png

  1. Installer les dépendances : texlive pstoedit pdf2svg
  2. Copier les fichiers textext.py et textext.inx dans le dossier : ~/.config/inkscape/extensions/ ou dans /usr/share/inkscape/extensions si vous souhaitez installer l’extension pour tous les utilisateurs.

Rions un peu avec les SMS…

Screenshot_2015-02-12-10-51-06.png

Capture d’écran réalisée sans trucage. Pour vraiment arrêter de recevoir nos SMS envoyez « MAIS STOP BORDEL, ARRÊTEZ DE ME FAIRE CHIER AVEC VOS SMS DE MERDE !!!! »

Taper des caractères grecs facilement

Lorsqu’on écrit des textes scientifiques, il est régulièrement nécessaire de taper des caractères grecs. L’insertion de tels caractères via les menus « Insertion → Caractères spéciaux » ou autres « Texte → Glyphes… » est souvent laborieuse, taper directement le caractère unicode est une véritable horreur (à moins de vous appeler Kim Peek) et tout le monde n’utilise pas un clavier bépo (ce qui est une erreur d’après moi mais, soit…).

La plupart des gens utilisent la police Symbol, ce qui est assez problématique car :

  • il ne s’agit pas d’une police installée sur tous les systèmes, si vous interagissez avec des collègues utilisant différents systèmes d’exploitation vous vous exposez à d’éventuels problèmes
  • vous ne pouvez pas copier/coller votre texte d’une application à une autre (si vous collez votre texte dans un éditeur de texte, le caractère grec sera perdu
  • le caractère grec n’utilisera pas le même style que le reste de votre texte, il sera donc mal intégré (avec/sans serif, casse fixe/variable,…)
  • etc.

Comment faire donc pour insérer facilement des λ, ω, Ω, π, et autres αβγ dans vos textes ? Cela dépend de votre système d’exploitation et de votre clavier :

caracteres_grecs.svg

Fichiers : .XCompose, kbdhepfr.exe

Sources : 1 : Écrire en caractères grecs, 2 : Installation du clavier Grec unicode (.doc), 3 : Lettre grecque sous Linux

Post-it : Activer temporairement la composition html dans Thunderbird

Je rédige une fois l’an des courriels en html. C’est donc plutôt rare mais chaque fois je suis particulièrement agacé : activer/désactiver l’html est particulièrement fastidieux dans Thunderbird (Édition → Paramètres des comptes → Rédaction et adressage → Rédiger les messages en html). J’ai cherché une extension pour passer d’un mode à l’autre en un clic… je n’ai rien trouvé. Pourtant, il existe une solution très simple, encore faut-il la connaître…

Pour rédiger un mail en html alors que vous êtes configuré en mode de rédaction texte (ou l’inverse) : Maintenir Maj enfoncé en cliquant sur « Écrire », « Répondre » ou « Transférer ».

Le genre d’astuce très pratique qu’il faut noter dans un coin si on ne veut pas l’oublier !

[source]

Mes scripts… mes règles de structure

Dans le navigateur de fichier Nautilus, j’ai très vite apprécié la possibilité d’écrire des scripts qui simplifient souvent les tâches courantes (tourner des images, renommer en fonction des données exif, convertir,…). Ces scripts sont accessibles dans le menu qui apparaît lors d’un clic droit sur un fichier, cette possibilité devient très vite indispensable. J’utilisais pas mal cette possibilité il y a quelques années et dernièrement j’ai remis le nez dans ces fameux nautilus-scripts.

J’ai re-téléchargé un ou deux packs de scripts car les miens avaient disparus suite à une mauvaise manipulation ou je ne sais quelle maladresse combinée à une sauvegarde défaillante. J’ai montré cette fonctionnalité à un de mes collègues. Il a trouvé cela génial. Mais étrangement les scripts que j’avais mis de côté ne fonctionnaient pas sur sa machine. J’ai pensé qu’il n’avait pas installé les dépendances (ce qui était en effet le cas) mais un problème peu en cacher un autre : les scripts en question utilisait la variable $NAUTILUS_SCRIPT_SELECTED_FILE_PATHS or il utilise Nemo, cette variable a été renommée $NEMO_SCRIPT_SELECTED_FILE_PATHS dans ce navigateur… J’ai trouvé cela très ennuyeux et c’est là que commence mon aventure.

Les scripts sont simples à écrire, quelques lignes suffisent mais en contre parti, les scripts sont souvent assez peu bavards : s’il y a une erreur de dépendance, bien rien ne se passe ; si vous appliquez un script prévu pour un certain type de fichier, sur un autre, cela peu donner des résultats catastrophiques car de plus, certains scripts écrasent le/les fichier(s) source(s) ! Je me souviens d’un clic légèrement décalé par rapport à celui désiré qui avait détruit un de mes svg en appliquant une conversion prévue pour un jpg…

Du coup, j’ai créé mon dépôt de scripts sur github (je migrerais sûrement sur gitlab un jour), j’y dépose évidemment mes scripts mais surtout mes règles de structures. Mes scripts respectent donc les règles suivantes :

  • N’écrase jamais l’entrée !!!
  • Fonctionne aussi bien dans le prompt que dans n’importe quel navigateur de fichiers supportant les nautilus-scripts
  • Des notifications (en cas de problèmes de dépendances ou de type de fichiers invalide), on ne laisse pas l’utilisateur dans l’incompréhension en cas d’erreur !
  • Le type de fichier est déterminé par la commande file --mime-type -b "$input" | cut -d "/" -f2 (au besoin remplacer f2 par f1, supprimer le cut) jamais en déterminant les caractères après le dernier point ou pire les 3 derniers caractères du nom de fichier !
  • Tous les textes en anglais car les traductions sont difficiles à maintenir, le moins de texte possible.
  • Le nom du script contient des caractères utf-8 permettant de mieux comprendre le fonctionnement (ajouter ↶ ou ↷ pour un script de rotation permet de déterminer le sens c’est très pratique !)
  • Le nom du script contient des variables si le script est décliné en plusieurs version
  • Utilisation directe (pas de boite de dialogue)
  • Faciles à copier et à adapter (donc commenté, proprement indenté,…)

Je modifie régulièrement, au fur et à mesure de mes idées et des commentaires de contributeurs éventuels, les fonctions permettant d’obtenir ces résultats, tout est expliqué sur le dépôt.

Pour l’instant assez peu de scripts sont écrits mais une fois la structure bien en place le nombre de scripts devrait vite augmenter. Pour l’instant, sont disponibles :

  • installer des polices
  • concaténer / séparer les pages, tourner, compresser des pdf
  • redimensionner, recadrer automatiquement, convertir, tourner des images (90°, 180°, 270°, symétrie axiale)
  • renommer des photos à partir des données exif (date)
  • supprimer un fond blanc, ajouter un fond coloré à une image

Cela me permet de plus, d’apprendre à utiliser git, c’est tout bénef.

Installation de logiciel : comportement des utilisateurs en fonction du système d’exploitation

Cela faisait quelques temps que ce schéma me trottait dans la tête.

os_diff__3__90dpi.jpg

(version svg)

Edit 03/02/2015 : Version 2 du schéma avec Android, BSD, une étape supplémentaire pour GNU/Linux
Edit 04/02/2015 : Version 3 du schéma avec quelques simplification et ajout dans la section windows

(version 1 svg)
(version 2 svg)

Post-it : Modifier simplement la couleur du notificateur de message Ubuntu

L’enveloppe bleue qui avertit de la réception de notifications mail ou messagerie instantanée n’est pas très visible pour mon père (qui est daltonien). Il est possible de modifier cette icône très facilement avec inkscape puisqu’il s’agit d’un svg. Mais pour ne pas installer Inkscape sur son poste uniquement pour faire cette modification, il est plus rapide de faire cette modification via un simple sed (le svg est un fichier xml). Si vous connaissez le code hexa de la couleur désirée tapez simplement :

sudo sed -i "s/19b6ee/ffff33/g" /usr/share/icons/ubuntu-mono-light/status/16/indicator-messages-new.svg

(ffff33 correspond à du jaune, adaptez en fonction de vos goûts)

Dracula

Dracula1st.jpeg : "Dracula" de Bram Stoker : Twilight avec des qualités littéraires

La construction narrative de ce classique de la littérature m’a fait pensé aux Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos que j’ai lu il y a bien longtemps et que j’avais adoré. Le roman est un ensemble de lettres, notes et journaux permettant aux lecteurs de suivre les aventures de l’ensemble des protagonistes et qui est un élément important dans l’histoire pour ces mêmes protagonistes. Comme pour Frankenstein ou le Prométhée moderne ou « L’étrange cas du Docteur Jeckyll et Mister Hide », la lecture de ce classique m’a semblée très intéressante.

Le combat contre le comte Dracula est bien différent de ce à quoi nos films et séries contemporains nous ont habitués. Van Helsing ne ferait pas le malin s’il se trouvait en concurrence avec Buffy ou Abraham Lincoln lors d’un entretien d’embauche pour tueur de vampires, mais les personnages sont ainsi bien plus crédibles.

Les groupes sanguins ayant été découverts par Karl Landsteiner en 1900 (soit 3 ans après la sortie du livre), il est assez amusant de lire, aujourd’hui et avec nos connaissances, les passages du livre où une femme subit successivement trois transfusions sanguines de trois hommes différents, et qu’elle se porte bien mieux car il s’agit du sang de trois hommes vigoureux et plein de vie. L’usage de Brandy ou autre alcool pour tout remède est assez remarquable également pour notre génération. Sans parler de certaines remarques qui seraient aujourd’hui considérée comme de la misogynie ordinaire. Un décalage qui m’a amusé et qui montre bien les évolutions de mentalités et progrès qui ont été accomplis en un siècle.

À 7 ans, je sêche mon père… je suis bilingue (pour les jeux vidéos)

  • <Papa> Ah mince, ce jeu est en anglais
  • <Owen> C’est pas grave, je comprends tout moi !
  • <Papa> Mais bien sûr ! et « Resume » ça veut dire quoi ?
  • <Owen> Bah « Reprendre »

Formation logiciels libres - Retour d’expérience

Je viens de suivre une formation Blender de une semaine dans un centre de formation à Rennes et je souhaitais partager avec vous un bilan de cette expérience (ce billet reprend en grande partie le contenu de mon journal Linuxfr dont je veux une archive ici, ne serait-ce que pour partager avec le plus grand nombre).

Il y a quelques temps (un an ou deux) j’avais cherché une formation Blender et n’avais pas trouvé grand chose d’intéressant. Depuis lors, il semble que plusieurs formations soient très facilement trouvables (des formations Blender en veux-tu en voilà : 1, 2, 3, 4, 5) mais du coup à l’époque j’avais un peu abandonné l’idée… jusqu’à ce que je tombe sur une news linuxfr qui ne m’intrigua pas plus que cela au premier coup d’œil mais qui contenait à la fois un lien vers Activdesign et les mots Blender et Rennes, quelques clics plus tard pour comprendre la dépêche… je découvre ce centre de formation professionnel qui utilise des logiciels libres.


Afficher une carte plus grande

Dans le plan de formation continue, proposé par mon employeur, il y a des formations pour Indesign et Photoshop pour des gens qui l’utiliseront 3 fois par mois et qui pourraient très bien utiliser Inkscape, Scribus ou Gimp. Je trouve dommage de proposer uniquement des formations vers des logiciels qui nécessiteront l’achat d’une licence, on cumule les dépenses alors qu’une formation à un logiciel libre conviendrait… surtout en sachant que des personnes passionnées par le libre et proposant des formations sont présents dans la même ville (pas de frais de déplacement et d’hébergement). Je devrais peut-être contacter le service formation pour leur indiquer ce problème mais je pense toujours aux Douze Travaux d'Astérix lorsque je dois m’adresser au service administratif… bref !

J’ai demandé s’il était possible de suivre une formation d’une semaine pour ce logiciel que j’utilise très régulièrement pour mon travail… Proposez à mon fils de passer une semaine à Disneyland, il ne sera pas plus heureux que moi lorsque j’ai appris que la formation était acceptée par mon employeur.

Du coup, je viens de passer une semaine à me gaver de Blender, comme on se gave de mets délicieux au moment des fêtes, pas comme on gave les oies à la même période. Le formateur (zeauro alias Ronan Ducluzeau) connaît très bien son sujet, c’est très agréable et s’adapte à son public : nous étions 3 stagiaires pendant 3 jours et j’ai eu un cours particulier les 2 jours suivants. J’ai un profil assez atypique pour ce genre de formation car j’utilise Blender depuis 4 ans, j’ai mis en place un planet sur le sujet il y a un an, je suis en train d’écrire un tuto sur un petit bout de ce logiciel pour un magazine… D’un autre côté, je n’ai aucune formation de graphiste et ne connais aucun autre logiciel de modélisation/animation. En apprenant en suivant des tutos sur le net, j’appliquais parfois certaines fonctions sans bien en maîtriser et comprendre les raisons sous-jacentes. Cet apprentissage a été intéressant mais cette formation d’une semaine à été un révélateur. J’ai d’autant plus envie de reprendre mes projets qui étaient restés en stand-by.

Mais une chose qui fait au moins autant plaisir, c’est de se retrouver au milieu de gens passionnés par le libre. Un coup d’œil sur les écrans montre un framapad sur un poste, inkscape sur un autre, ça me change des collègues. Les discussions avec le formateur, les étudiants ainsi qu’avec Cédric Gémy et Élisa de Castro Guerra responsables de ActivDesign sont intéressantes, pas de prise de tête, c’est ambiance bon enfant, on se sent comme à la maison (mais ça bosse). Une ambiance qui me semble vraiment sympa pour bosser dans de bonnes conditions, garder la motivation et le plaisir de travailler. On discute de la mise en place d’un groupe d’utilisateurs Blender sur Rennes, de FlossManuals (boutique), de Péril en Daiza, de Bépo, de tout de rien, de films, de jeux,… Dans un centre de formation comme celui-ci parler de Roguelike ne vous fait pas passer pour un extraterrestre, ça me change. Je n’ai jamais participé à un GUL mais je me dis maintenant que le sentiment de communauté qu’on y ressent sûrement doit être très agréable.

Si je devais faire une remarque négative dans ce bilan, sinon vous allez penser que ce texte n’est qu’un encart publicitaire, je dirais qu’il y a un gros manque de communication puisque, rendez-vous compte, je ne connaissais pas ce centre de formation alors que je suis demandeur de ce genre de projet et que j’habite à coté, imaginez donc ce qu’il en est certainement pour monsieur tout-le-monde. Je ne doute pas que les fondateurs font au mieux mais il me semble que c’est un point qui pourrait être travaillé.

Je suis heureux de constater qu’il est possible de créer un centre de formation utilisant uniquement des logiciels libres, avec des membres qui ne font pas qu’utiliser mais qui participent à ces logiciels. Heureux que l’esprit du libre est aussi important pour eux que le reste (plus peut-être ?), il ne s’agit pas là d’une utilisation du libre pour des raisons de coût mais pour des raisons idéologiques. Si j’avais trouvé une formation Blender dans une école proposant également Cinema4d, Maya, 3ds Max, vous vous doutez que je n’aurais pas été aussi enthousiaste.

Planet BlenderFR déménage

Il y a un an, je mettais en place Blenderfr.org un planet francophone dédié à Blender. Le site n’attirant que très peu de visiteurs et n’agrégeant que très peu de billets, j’ai décidé de le migré sur un hébergement gratuit. Si celui-ci vous intéresse, la nouvelle adresse est http://planetblenderfr.free.fr

logo.png

Epson Perfection 1250 résoudre le problème de lag

Il y a longtemps, j’avais trouvé une astuce pour éviter que mon scanner Epson Perfection 1250 mette des plombes à démarrer. Et comme cela faisait longtemps, impossible de me souvenir de l’astuce.

Je n’utilise presque plus mon scanner, lui préférant souvent mon appareil photo car ce dernier est beaucoup plus rapide pour une qualité souvent amplement suffisante donc cet oubli n’était pas très important.

Mais comme j’ai appris qu’il est possible de partager un scanner en réseau sous Linux (dans mon journal linuxfr sur les interactions réseaux insuffisantes à mon goût, au moins au niveau de la visibilité et de la simplicité) je veux faire quelques essais. Du coup, l’astuce en question : Dans xsane, remplacer le temps de chauffe du scanner de -1 à 7.

(astuce retrouvée ici)

Voilà, cette fois c’est noté.

BÉPO après un an d’utilisation

J’utilise la disposition bépo depuis maintenant un an. Pour rappel, le bépo est une disposition de clavier alternative à l’azerty. La position des lettres à été calculée pour rendre la frappe plus efficace, moins traumatique, plus aisée à retenir et permet un accès à plus de caractères. Pour plus de détails, rendez-vous sur le site officiel.

Carte-bepo-simple.png

Tant qu’à passer pour un extraterrestre, je me suis aussi acheté un clavier ergodox. Mon apprentissage de la dactylographie n’a donc pas forcément été des plus simple mais cela valait vraiment le coup pour mon usage.

ergodox_assembly_33.jpg

Je suis particulièrement heureux d’avoir tenté cette aventure. D’abord parce que je n’ai plus de TMS, hors c’est justement pour me débarrasser de ces douleurs que j’avais commencé a utiliser bépo. Ensuite, je suis très satisfait de la frappe à 10 doigts en aveugle (quel confort !). Un point également intéressant, je tape plus vite qu’en azerty (ce n’est pas le point qui m’intéressait le plus mais il est facilement mesurable et c’est un bonus qui ne gâche rien) :

sage0.png

Je viens de faire un test ce soir sur 10fingers.com :

Typing Test

Allez voir le Test de dactylo et essayez !

62 mots minutes c’est pas mal par rapport à ce que je pouvais faire en azerty (environ 45 mots).

Surtout le bépo c’est un accès à des caractères supplémentaires permettant ainsi de taper un français typographiquement correct (…«»’ÇÉŒ) ou encore la possibilité de taper les lettres grecques ou les indices et exposants très facilement (pratique pour un scientifique l’accès à λνωΩ ou CO₂.

Aujourd’hui je ne comprends plus pourquoi les gens restent en azerty, c’est tellement anachronique !

Note : Plus les lettres sont utiles, plus elles sont proches de la rangée de repos, c’est ce que les concepteurs du bépo vous dirons. J’ai en effet pu le vérifier grâce aux autocollants que j’ai mis sur mon clavier au boulot :

IMG_20141210_142447.jpg

Ouest-France n’aime pas plus la physique que les maths

J’avais critiqué ici le journal Ouest-France (en 2011) car on pouvait y lire que +50% équivaut à ×2. Et bien, apparemment, la physique n’est pas plus leur fort que les mathématiques. Aujourd’hui, on peut y lire :

« Le Power Maxxx fait son retour, avec ses accélérations à 100 km/h »

vu ici. Une capture au cas où l’accès serait limité dans le temps :

of20141205.png

Pour information, l’accélération est la dérivée de la vitesse, il semble donc improbable que les unités de ses deux grandeurs soient identiques… l’unité de l’accélération est bien sûr le m/s²

accélération=(vitessefinale-vitesseinitiale)/temps

fixmbr

Il arrive que j’installe Linux en dual-boot sur des postes puis que, quelques temps plus tard, le poste changeant d’utilisateur, Linux doive être enlevé. Problème : la configuration du boot est souvent dans la partition Linux, il est donc nécessaire de restaurer le Master Boot Record… Pour cela les commandes les plus connues se font en console depuis un CD d’installation Windows. N’ayant pas toujours un tel disque sous la main (les portables sont fournis avec des disques de restauration, parfois ils n’ont pas de lecteur de disque,…), une solution depuis un live Linux (cd ou usb) est beaucoup plus pratique.

Il existe plein de possibilités (boot-repair par exemple) mais le plus simple me semble être :

  • dans un terminal, taper : sudo apt-get install lilo (depuis Ubuntu, à adapter en fonction du gestionnaire de paquets du live choisi)
  • ignorer les messages à propos de liloconfig, puis : sudo lilo -M /dev/sda mbr (après avoir déterminé si le disque en question est bien /dev/sda ou /dev/sdb… à l’aide de gparted, df ou autre)

{source}

Les jeux vidéos ne sont pas des livres d’Histoire ! C’est dingue, on le savait pas, merci Jean-Luc !!

Jean-Luc Mélenchon le leader du Parti de gauche (PG) s'insurge contre Angry Birds. « Le dénigrement de la volière est une sale besogne pour instiller davantage de dégoût de la ferme et de déclinisme aux agriculteurs, expliquait-il jeudi au Figaro. Si l'on continue comme ça, il ne restera plus aucune identité commune possible aux éleveurs à part le maïs et la couleur des blés. »

Vendredi, il poursuit sur France Info : « C'est de la propagande contre les oiseaux. Les oiseaux, ce sont des barbares, des sauvages sanguinaires. Et celui qui est notre libérateur de la ferme, le cochon, est présenté comme un monstre vert. On dénigre pour dénigrer ce qui nous rassemble, nous les Français. C'est une relecture du comportement animal en faveur des perdants et pour discréditer la République une et indivisible. »

Sur son blog, Alexis Corbière, le secrétaire national du PG a aussi lancé, jeudi, un avertissement aux joueurs. « À tous ceux qui joue à Angry Birds, je leur souhaite un moment agréable, mais je leur dis aussi que le plaisir de jouer n'empêche pas de réfléchir. Jouer oui, mais ne vous laissez pas manipuler par ceux qui font de la propagande. »

Il semblerait que le jeu mette en scène des oiseaux capables de terrasser des cochons verts, hors cela ne reflète pas la réalité, les oiseaux ne se jettent pas sur des ennemis à l’aide de lance-pierre ! Les gens pensant forcément que les jeux sont La réalité et sachant qu’il n’est pas possible pour eux de penser par eux mêmes, les populistes sont là pour rappeler qu’un jeu n’est pas à considérer comme un livre d’éthologie (cela pourrait être vrai pour les livres d’Histoire), heureusement que les populistes sont là pour nous éclairer.

Pour comprendre ce billet, la lecture de cet article peut être pertinent

Prendre une photo ≠ appuyer sur un bouton

Pour les besoins d’un site que je suis en train de mettre en place, j’ai cherché des photos du Campus de Beaulieu de l’Université de Rennes 1. Pour cela, un petit tour sur le site de WikiCommons.

Je ne sais pas pour quelles occasions une bonne partie des photos disponibles ont été prises mais les bâtiments dont j’avais besoin étaient particulièrement peu mis en valeur ! J’ai donc pris un appareil et j’ai pris quelques clichés.

Voici quelques gifs montrant des photos de bâtiments trouvées sur WikiCommons et les même bâtiments photographiés par mes soins (images également disponibles librement sur le même site maintenant).

bat1b.gif

bat2.gif

diapason.gif

C’est tellement dommage de ne pas profiter d’un angle de vue plus profitable pour éviter les poubelles, de ne pas attendre une météo clémente ou de ne pas chercher à obtenir une perspective intéressante… Je ne suis pas photographe mes photos pourraient être critiquées, mais elles me semblent tout de même largement meilleures que celles que j’avais trouvées. Dommage, ce n’est pourtant pas très complexe, dans ce campus plein de verdure, d’obtenir des clichés sympathiques.

Quand vous prenez une photo, surtout si c’est pour la partager ensuite, ne vous contentez pas de pointer votre appareil dans la bonne direction, un minimum de bon sens permet d’obtenir un résultat parfois très intéressant.

Où est gimp-resynthesizer ?

S’il y a bien un script Gimp que j’adore, c’est gimp-resynthesizer. Je l’ai utilisé il y a longtemps et j’ai voulu le réutiliser aujourd’hui. Problème : le script n’est plus dans le même menu ou du moins je n’arrive pas à le retrouver. Avec HUD de Ubuntu (l'affichage tête haute, head-up display en anglais qui permet de chercher dans tous les menus de la fenêtre après avoir appuyé sur Alt) pas de résultat probant car gimp-resynthesizer ne se nomme plus ainsi…

Comme je viens enfin de le trouver, je le note ici : Filtres → Amélioration → Heal Selection

Pour rappel, ce script permet en deux clics de faire disparaître des objets d’une photo.

images_mini.gif

Note : Pour obtenir ce gif à partir des deux jpg, la commande très pratique employée ici est :
convert -delay 100 *.jpg images.gif

Y a un pépin… un noyau même !

En découvrant les autres ouvrages de la collection sur la 4ème de couverture de son livre sur l’univers :
<Owen>Il y a même un livre sur le trognon de la planète !

9782092551929.JPG

Les Annales du Disque-Monde : Trois sœurcières

Trois-soeurcieres.jpg : "Trois sœurcières" de Terry Pratchett : Shakespeare à Ankh Morpork

Dernièrement, j’ai commencé plusieurs livres et n’ai pas réussi à être captivé suffisamment pour les finir. Comme je souhaitais sortir de ce cycle infernal, j’ai ouvert un Terry Pratchett, du moins un de ses livres… Avec les Annales du Disque-monde je sais que je ne pourrais pas m’arrêter avant la fin, je sais que mon marque-page sera déchiqueté pour laisser plein de mini marque-pages là où des phrases croustillantes ou des réflexions intéressantes m’auront particulièrement plu (je me restreins car un marque-page par page n’est pas très utile).

Un livre parodiant Shakespeare, réflexion sur l’influence de l’histoire sur l’Histoire, bourré de délires hilarants, dialogues improbables et savoureux, du grand Pratchett…

Un rapide résumé : Le duc tue le roi, un héritier est confié à des sorcières qui le confie à une troupe de théâtre, Nounou ogg devrait penser à faire stériliser son chat si on veut éviter des problèmes de consanguinité chez les matous de Lancre, le fantôme du roi n’aime pas sa situation, le duc devrait consulter, le fou du roi l’est de Magrat, ce résumé est incompréhensible parce que.

- page 2 de 21 -